mardi 16 décembre 2014

La mobilité à Tournai

Hier, au conseil communal, le Collège nous a présenté ses intentions en matière de mobilité à Tournai : une place plus confortable "pour les modes doux".  Il a clairement affirmé que nous n'étions plus à l'ère des bonnes intentions mais que le Collège avait une réelle volonté de changement afin d'éviter l'étouffement de la ville par la circulation automobile.

Place aux actes!  Coralie Ladavid, au nom d'ECOLO, a rappelé que le plan de mobilité, voté à l'unanimité du conseil communal en 2004, qui avait pourtant coûté à la ville, était resté dans les tiroirs. Aujourd'hui, nous espérons qu'une dynamique nouvelle va s'enclencher et que toutes ces bonnes intentions ne se dilueront pas à la moindre  opposition.

Hier, lors de ce même conseil communal, j'interrogeais le Collège sur la politique cyclable après avoir lu son communiqué de presse paru le 5 décembre dernier.

A ma grande surprise, j'ai appris que ce communiqué était une petite pub pour rappeler aux Tournaisien(ne)s que la Ville s'occupait de mobilité douce!  En effet, rien de nouveau sous le soleil.  les 475 000 euros dont il est question dans ce communiqué étaient les mêmes que ceux déjà octroyés par le Ministre de la Mobilité du gouvernement précédent, Philippe Henry. Alors, info "ou intox"?  En tout cas, pub gratuite pour le Collège qui met en oeuvre les aménagements prévus dans le plan cyclable plutôt à reculons !  Ces 475 000 euros étaient destinés au  plan cyclable de 2013!  Fallait-il claironner aussi fort en fin 2014 que le plan cyclable 2013 se réaliserait!

J'ai appris aussi que le Collège n'engagerait pas un conseiller en politique cyclable, un élément essentiel  dans la politique  du gouvernement wallon en cette matière.  Manque d'argent est l'argument du Collège en cette matière! Pourtant, il s'agit de créer un emploi, largement subsidié par le plan du gouvernement wallon, et un emploi nécessaire pour que le plan cyclable se déploie réellement à Tournai au vu de la situation actuelle!

Et puis, le Collège nous a quand même rappelé hier soir qu'il avait pu trouver 12 000 euros pour réaliser un socle en béton armé sur la grand place parce qu'il a choisi d'y installer un sapin de 16 mètres!

Mais nous devons rester optimistes, comme l'a si bien dit, Coralie, le plan de mobilité et le plan cyclable sont remplis de bonnes intentions et Tournai entrera donc bientôt dans le 21e siècle après d' autres villes qui ont concrétisé une politique beaucoup plus ambitieuse pour les piétons et les cyclistes.  Wait and see !

lundi 1 décembre 2014

Noël sur la Grand Place de Tournai, subsidié par des fonds destinés au développement rural

Au conseil communal, ce 1er décembre, j'ai mis en évidence cette contradiction dans le partenariat entre la Ville de Tournai et IDETA afin d'animer le centre-ville durant ce mois de décembre.


"Le programme présenté par la Ville pour la période de Noël nous satisfait en partie mais pas totalement. Nous relevons les spectacles pour enfants, , la participation de groupes musicaux et autres ateliers et artistes locaux pour animer notre Ville. Tout cela est très positif et ne coûte pas une fortune à la Ville.
Mais nous sommes beaucoup plus réticents face au projet très coûteux des féeries lumineuses qui sera, en grande partie, payé par des fonds européens destinés au développement rural.  « Une queue de budget » qui s’élève pour IDETA à plus de 120 000 euros destinée à des événements WAPI en développement rural.  Cela nous étonne d’abord qu’IDETA ait laissé une « queue de budget » aussi importante alors que la promotion de la ruralité en Wallonie Picarde devrait rester une priorité.  En admettant que cette queue de budget soit aussi importante, il était possible de mettre en évidence la ruralité lors des fêtes de fin d’année.  Nombre de producteurs locaux de produits de bouche, des artisans, des artistes auraient pu être soutenus par un événement plus durable à Tournai et dans d’autres centres urbains et villages de la région.  Il était possible de monter une opération de partenariat avec nombre d’acteurs de communes voisines, de villages pour mettre en évidence les ressources rurales. Nous aurions ainsi aider des acteurs ruraux  touchés par la crise économique comme beaucoup de nos concitoyens.  Le show laser dans le  centre-ville de Tournai n’aidera pas le développement rural dans notre région. Il ne sera qu’illusion de quelques heures."

samedi 29 novembre 2014

La jounée de l'arbre d'ECOLO Tournai

Ce samedi matin, sous un soleil généreux,  les écologistes tournaisiens ont offert  cassissiers, framboisiers et groseilliers  sur le marché de la place Crombez.


















Les 200 arbustes distribués ce matin seront plantés avant l'hiver dans les jardins de Tournai et des environs. Pour ECOLO, c'est un moyen de rappeler l'importance de cultiver et récolter des fruits de chez nous. 


En cette année 2014, la crise a touché de plein fouet les producteurs de pommes et de poires. Pour marquer notre solidarité avec ces producteurs, nous avons également offert un verre de jus de pommes ou de poires provenant de vergers de Barry et de Rongy.





















Rendez-vous l'année prochaine, même jour, même endroit pour un moment d'échange convivial ! Le soleil est déjà commandé !

mardi 18 novembre 2014

Tournai, budget 2015 : recul social

Pour le groupe ECOLO, Coralie a dénoncé le manque de vision en matière de politique sociale qui coûtera cher à ceux qui en ont besoin .





"Le CPAS est confronté à ce que j’appellerai le « dé tricotage » du lien social ce qui a pour conséquence une augmentation importante des demandes d’aide. Or, les moyens budgétaires ne suivent pas. Aujourd’hui, plus que dans le passé encore, l’aide à apporter aux plus démunis doit être multiple tant en termes de prévention, d’éducation permanente pour que les personnes puissent exploiter au mieux leurs potentialités, que d’accompagnement social proche. Mais les travailleurs sociaux dans l’ensemble et spécifiquement au CPAS sont confrontés à des conditions de travail qui ne permettent plus suffisamment cette approche. Le burn out des travailleurs sociaux est réel et le contexte budgétaire ne fait qu’agrandir la difficulté de ces conditions. Le CPAS risque d’être réduit à un tiroir-caisse, alors que ce n’est vraiment pas là sa mission globale.
Le budget qui nous est présenté aujourd’hui, comporte un déficit de plus de 2.500.000pour 2015 malgré les non remplacements des départs à la retraite. Ce déficit ne fera que croître, à politique constante, dans les années à venir. Il est évident, que le CPAS ne peut pas continuer comme cela et que des mesures vont devoir être prises.
On sait que 2015 sera une année très difficile, puisque de nombreux chômeurs vont être exclus du chômage dès janvier et que d’autres vont avoir des allocations dégressives. On estime à 358, le nombre de personnes exclues. Or, le budget du CPAS pour le RIS n’augmente que de 2%. On sait donc déjà que l’estimation sera insuffisante.
il est temps de faire un réel diagnostic de l’ensemble des services tant en matière de coût (comment faire en sorte de pouvoir réduire les coûts du service rendu) mais également en matière de service à la population (certains services ont été créés il y a de nombreuses années, sans doute parce qu’à l’époque un manque c’était fait ressentir). Il faut évaluer si ce service n’est pas rendu par d’autres institutions, associations et s’il est encore indispensable de le garder pour que la population ne soit pas privée de ce service. Ce diagnostic doit se faire avec l’ensemble des acteurs sociaux, comme cela a été fait lors du diagnostic du PCS (Plan de Cohésion Sociale), pour que l’on puisse identifier au mieux l’ensemble des services rendus à la population aujourd’hui. Il faut éviter les clivages public-privé et créer des synergies avec l’ensemble des services sociaux. Aujourd’hui, même si cela commence à se faire notamment au sein du relais social urbain, ce n’est pas suffisant.



A notre sens, il manque une réelle politique générale pour les 10 ans à venir. Il faut une vision pluriannuelle et stratégique.
Le CPAS a fait le choix de vendre un très grand nombre de ses biens immobiliers. Certes, certains sont dans un état déplorable ou ne sont pas appropriés à du logement public parce qu’ils coûtent très chers en réhabilitation, mais ce choix est une solution à très court terme. A moyen terme, il coûtera même cher au CPAS parce que des familles, qui avaient un logement public, se retrouveront en difficulté financière et se tourneront vers le CPAS. En faisant cela, c’est le nombre de logements publics qui diminuent à Tournai alors qu’on sait que les demandes sont de plus en plus criantes. Il est temps de trouver des solutions structurelles et non de se séparer des outils qui permettent de mener réellement une politique sociale à Tournai.
Mais il faut également, un plus grand soutien de la ville. Des collaborations ville-CPAS sont en marche et on s’en réjouit. Mais pourquoi avoir attendu si longtemps ? On dirait que la ville regarde le CPAS du balcon et qu’elle se contente d’augmenter la dotation de 2% alors que les besoins augmentent considérablement. L’avis réservé de la ville ne suffit pas pour nous. Elle doit également prendre ses responsabilités en la matière."

De même, le budget communal est "anti-social", c'est l'élément essentiel de mon intervention lors du conseil communal du 10 novembre dernier.


Budget 2015 : un équilibre fragile et à quel prix !

Les dépenses
L'augmentation importante des cotisations patronales (+4%) réduit très fort l'effet attendu par le non-remplacement d'agents partant à la retraite. Cette augmentation était pour- tant prévisible et se manifestera encore durant les prochains exercices budgétaires car il faut financer les pensions.
En matière énergétique, les dépenses sont plutôt stables mais celles-ci peuvent toujours augmenter à cause de circonstances politiques imprévues ou simplement parce qu'un hiver plus rude frappe à nos portes. Nous vous encourageons à poursuivre la politique d'investissements UREBA (plus de 500.000cette année) et à la renforcer durant les années suivantes. Nous attendons toujours le projet de rénovation pour diminuer les dépenses énergétiques de l'hôtel de ville. De même pour l'éclairage public, il est indispensable d'augmenter les remplacements de luminaires trop gourmands en énergie. ECOLO insiste depuis 20 ans sur la politique d'économie d'énergie.
Aujourd’hui, le gouvernement demande avec insistance aux citoyens de diminuer leur consommation d'électricité, la commune se doit de montrer l'exemple en supprimant des éclairages inutiles.
Une autre urgence doit nous mobiliser tous : la situation du CPAS et le besoin d'une politique sociale concertée. Nous ne pouvons qu'approuver le renforcement des synergies avec le CPAS. La politique informatique en était la première étape et sera renforcée par la coupole informatique. Mais d'autres synergies auraient pu être réalisées depuis longtemps comme la fusion des régies de travaux. ECOLO l'a suggéré à plusieurs reprises dans le passé mais c'était tabou à l'époque !
Nous ne comprenons absolument pas que la dotation communale au CPAS augmente de 2%, simplement en application du plan de gestion. A nos yeux, c'est une véritable capitulation en situation d'urgence sociale.
Vous savez, comme nous, que les décisions fédérales prises par le gouvernement Di Rupo vont aggraver la situation déjà difficile du CPAS et que la commune se doit de répondre à la demande croissante d'aide de la part de citoyens qui n'auront pas d'autres ressources financières.
D'autres choix budgétaires auraient pu être faits. Vous auriez pu diminuer l'aide à la régie du stade, l'aide aux courses cyclistes, aux fêtes et cérémonies. Nous encourageons, par contre, l'augmentation de la subvention à l'ASBL « assiette pour tous » mais vous pouviez aussi soutenir d'autres acteurs de terrain qui mènent des politiques sociales de proximité (maisons de jeunes, maisons de quartier, le relais social...).
En matière de dépenses extraordinaires, outre les investissements en matière d'économie d'énergie, nous soutenons les efforts en faveur d'infrastructures sportives diverses (RUSTA, SATTA et autres petites installations sportives) mais nous regrettons de voir disparaître du budget 2015 toute dépense pour installation de jeux pour enfants dans les parcs publics.
Lyon , aire de jeux pour ados sur les quais du Rhône

Vous soulignez « la singularité du territoire, le plus vaste du pays ». C'est vrai que les travaux de voirie sont indispensables un peu partout dans l'entité. Nous insistons pour donner la priorité aux réfections de trottoirs, sources de difficultés quotidiennes pour les personnes âgées et à mobilité réduite. Ces travaux prioritaires entrent, malheureusement en concurrence avec les travaux de maintenance des quais (20.000) et des piquets de la grand-place (15.000), des choix d'aménagement trop coûteux payés au départ par une subvention européenne et dont la maintenance est maintenant totalement à charge du budget communal.
Les recettes
Nous espérions une paix fiscale durant 6 ans, après une campagne électorale axée sur ce thème par la famille libérale. C'est plutôt la rage taxatoire qui sévit aujourd'hui. Comment qualifier autrement ce choix d'augmenter le précompte immobilier à 2.950 cen- times additionnels alors que le taux précédent de 2.700 dépassait déjà la norme définie par la Tutelle et est resté stable depuis 1996.
Faire payer plus cher les services communaux est aussi une politique qui nous scandalise en cette période de crise pour beaucoup de ménages. Pensionnés, jeunes, familles aux revenus précaires, tous vont payer plus cher pour se rendre à la piscine ou à la bibliothèque.
Et surtout les redevances administratives vont alourdir le coût des services de base au citoyen : augmentation du coût de la carte d'identité, de l'attestation pour perte de celle-ci, du dossier de mariage, de nationalité...tout cela pour seulement 20.000supplémentaires dans les caisses de la Ville d'après vos calculs. 

 
Ce budget n'est pas le nôtre ! Il est trop anti-social. "





 




lundi 10 novembre 2014

Les allocations familiales : une proposition ambitieuse pour les rendre plus justes et transparentes

Travaillant dans le secteur de la sécurité sociale , je me rends compte à quel point le système actuel d'allocations familiales est compliqué dans notre pays.  Ce système provoque de multiples tracas aux familles qui, parfois, n'obtiennent pas les prestations qui leur sont dues.

La 6e réforme de l'Etat Belge permet une avancée importante dans ce secteur en simplifiant le système et en considérant enfin l'allocation familiale comme droit de l'enfant.


Je soutiens donc entièrement l'initiative de la Ligue des Familles pour des allocations familiales plus justes et plus transparentes.  Je vous invite, à signer, la pétition "pour des allocs en mieux".











En espérant que les responsables politiques wallons et bruxellois mettront en place cette mesure juste et efficace.

dimanche 2 novembre 2014

La propreté à Tournai le dimanche : suite et pas fin!

Suite à mon interpellation lors du conseil communal du 22 septembre,  Paul-Olivier Delannois m'a conviée à l'accompagner sur les quais un dimanche matin.

Nous avons donc pris rendez-vous ce dimanche 2 novembre à l'aube.  Nous y avons constaté  les déchets qui jonchent le sol et apprécié le travail considérable de l'équipe de propreté publique  très active en ville à l'heure où les Tournaisiens et Tournaisiennes sont toujours dans les bras de Morphée.

J'ai discuté avec cette équipe de 7 hommes, tous enthousiastes, conscients de l'importance de leur tâche :  lustrer les quais, le piétonnier, les abords de la Cathédrale et d'autres rues du centre-ville.

Ce dimanche, il fait propre devant les cafés, selon leurs dires. On est loin des montagnes de déchets qu'on retrouve parfois après les soirées arrosées du week-end.  Les vacances scolaires, la pluie durant la nuit, les 2 jours fériés qui se suivent :  on émet ensemble des hypothèses expliquant ce constat plutôt encourageant.







Je les quitte un peu rassurée et poursuis ma promenade dans le quartier.




Revenant sur le quai,  je constate qu'ils ont terminé leur travail... pour aujourd'hui au moins!











Quai Marché aux poissons ce 2 novembre vers 11h
Mais la tâche des responsables politiques, elle, est loin d'être terminée!

Il reste beaucoup de travail de conviction, d'actions à mener  pour que la propreté devienne l'affaire de toutes et tous à Tournai.















La menace de sanctions ne suffit pas : un plan de prévention en amont est indispensable, et des sanctions doivent être prises contre les récidivistes .

Je remercie Paul Olivier et l'équipe de propreté pour ce moment d'échanges .  Je compte poursuivre ma croisade en présentant le fruit de mes réflexions au Collège et au Conseil communal.  Des citoyens enthousiastes m'ont déjà apporté leurs idées et d'autres sont toujours bienvenues!

dimanche 26 octobre 2014

Mais où va le train?

Jeudi dernier, les écologistes ont marqué avec détermination leur opposition aux économies surréalistes  dont le rail fera l'objet dans les prochains mois et prochaines années.









Navetteuse depuis plus de 20 ans, je constate l'évolution négative sur le rail : incidents techniques à répétition, trains de plus en plus bondés et augmentation du temps de transport.

Savez-vous qu'en décembre prochain le trajet sur la dorsale wallonne augmentera d'un quart d'heure. La dorsale wallonne s'arrêtera à Namur et non plus à Liège et Mouscron sera de plus en plus isolée du reste de la Wallonie!  De nouvelles petites gares seront abandonnées.

Cette situation est d'autant plus incompréhensible à l'heure où l'Europe décide de réduire de près de 30% ses émissions de CO2.  Le transport par route étant le plus grand responsable de l'augmentation de ces émissions, il est temps de renverser la vapeur et de prendre place dans le train pour les petites et les longues distances.

A Tournai, notre petit groupe a été bien accueilli par les navetteurs qui partagent notre analyse.

La mobilisation ne doit pas faiblir. Faites entendre votre voix! Rejoignez celles et ceux qui défendent les navetteurs.

dimanche 21 septembre 2014

La propreté à Tournai, le jour de la procession

Les Tournaisien(ne)s et Tournaisiens se plaignent souvent de la saleté en ville et ils ont raison.  Si la ville est sale, c'est parce que les habitants la souillent, disent les autorités communales et elles ont raison également.

Mais faut-il pour autant se rejeter la faute et attendre que d'autres agissent.

Non, évidemment.

Dimanche dernier, la procession déroulait son cortège à travers les rues de la cité. Passant sur le quai Marché aux Poissons et Quai Notre-Dame, je n'en croyais pas mes yeux. Il y faisait presque plus dégoûtant que d'habitude! Voici quelques photos prises ce matin-là. Quelques rues plus loin, je croisais un groupe de touristes accompagné d'un guide de la ville.






A plusieurs reprises déjà, j'ai interpellé le Collège communal sur la propreté en ville. Et j'y reviendrai, à nouveau, ce lundi lors du conseil communal. Parce que cette image qu'on donne de Tournai le jour d'un événement historique de cette importance, est inadmissible. Oui, il fallait nettoyer les rues du centre-ville le matin de la procession même s'il faut recommencer à nouveau le lendemain, jour de la braderie!

Le Collège n'a qu'une réponse à cette problématique : des sanctions administratives. Mais, visiblement, c'est largement insuffisant.  D'autres villes développent une campagne permanente de sensibilisation et de responsabilisation de leurs citoyen(ne)s face à la propreté des lieux qu'ils fréquentent. Le résultat est bien meilleur qu'à Tournai, où on continue à penser qu'il suffit de mettre un panneau indiquant le montant de l'amende!



mardi 22 juillet 2014

Région Wallonne, Communauté française, Fédération Wallonie-Bruxelles......blablabla

"Transparence, bonne gouvernance, politique proche des citoyen(ne)s."

Il y a parfois loin de la parole aux actes !

Petits rappels...

La Belgique est un état fédéral qui comprend 3 Régions (Wallonne, Flamande et Bruxelloise) et 3 Communautés (flamande, francophone, germanophone).

En Flandre, depuis que la Belgique est fédérale,  un seul gouvernement  exerce les compétences de la Communauté flamande et de la région flamande, on parle donc du gouvernement flamand.

En Wallonie,  le gouvernement wallon exerce exclusivement les compétences dévolues à la Région wallonne.

En Communauté française, Wallons et Bruxellois ont à leur tête le gouvernement de la Communauté française.

Une petite révolution s'est mise en marche en 2008 du côté francophone. Monsieur Demotte, à la tête de la Région Wallonne en 2007, devient en 2008 Ministre Président de la Communauté française. Il est le  premier à cumuler ces 2 fonctions, un symbole fort de la collaboration renforcée entre francophones de Wallonie et de Bruxelles.

Ce lien se renforce lors de la dernière législature (2009-2014) : trois Ministres wallons et 1 Ministre Bruxelloise siègent également au sein du gouvernement de la Communauté française. Il y a  un seul Ministre du Budget et surtout un seul Ministre-Président pour les 2 entités !

Cette configuration des exécutifs permet un rapprochement  entre les 2 entités mais aussi un  gain financier : un nombre de ministres et de cabinets ministériels plus restreint. En temps de crise, ce n'est pas négligeable !

Monsieur Demotte parachève son oeuvre "fédératriste" entre Région et Communauté en donnant à la Communauté française le nom de Fédération Wallonie-Bruxelles (nom usuel en Wallonie et en communauté française mais pas reconnu par la Constitution Belge).

Et aujourd'hui?

La révolution est oubliée, place à la Restauration : Gouvernements de Wallonie, de Bruxelles et de la Communauté française sont bien séparés : plus de Ministre du Budget en commun et surtout retour des Ministres-Président bien distincts. Durant cette législature, les  Ministres-Président porteront  haut et fort les noms de Région Wallonne et de Communauté Française à l'extérieur, puisqu'ils n'ont pas de compétence spécifique qu'ils laissent à "leurs" Ministres. Ils pourront se consacrer aux Relations Internationales.  Ou peut-être préfèreront-ils  prendre du temps pour "rester dans leur ville" où ils restent Bourgmestre "un peu" empêchés????


Comment les citoyen(ne)s peuvent-ils encore faire confiance en la politique lorsque les slogans et les discours mis en avant lors d'une législature sont balayés en un jour, simplement parce qu'il faut trouver assez de postes pour placer "les Ministrables"?

Et nos amis Flamands, qu'en pensent-ils? La presse flamande ironise un peu sur les expressions "Communauté française" et "fédération Wallonie-Bruxelles". On ne peut pas lui donner tort!




lundi 30 juin 2014

Les déchets : comment prévenir leur accumulation dans les rues?

Les sanctions administratives ne sont pas dissuasives ou du moins pas suffisantes pour éviter les dépôts sauvages.

Monsieur Delaunois l'admet lui-même : "le nombre d'infractions à charge des particuliers a plus que doublé en 3 ans ; 116 en 2010 pour 260 en 2013.  Nonobstant une politique préventive efficace, une sanction significativement dissuasive doit être envisagée en vue de lutter conte les incivilités."


Voici un exemple de politique préventive intéressante à Luxembourg !






mardi 3 juin 2014

Projet d'extension des Bastions : trois raisons de dire non !


Au conseil communal de ce 2 juin, le groupe ECOLO n'a pas voté le permis unique pour l'extension des Bastions et la construction de nouvelles voiries : ce projet laisse planer trop d'incertitudes en matière de mobilité, d'intégration dans le quartier et de concurrence avec le commerce du centre-ville. Ci-dessous l'essentiel de mon intervention sur ce sujet :


"sur la mobilité
Des propositions nouvelles apparaissent mais il reste de nombreuses interrogations. . Beaucoup de questions et de remarques ont été exprimées par des riverains du quartier d'Allain, de la chaussée de Bruxelles lors de l'enquête publique en 2012, par la CCATM, le service mobilité de la ville et le SPW. il nous semble que les problèmes de mobilité  qui apparaîtront à la rue de la Lys notamment ne sont pas assez pris en compte par le projet que vous nous présentez aujourd'hui.
Pour rappel, les aménagements de mobilité doivent faire partie de la réflexion globale sur l'actualisation du PCM. Nous lisons dans votre présentation que celle-ci devait se terminer en mars 2012 et y intégrer le projet des Bastions mais où est ce plan actualisé? Nous constatons l'empressement de la firme Wereldhave à commencer les travaux et on intègre donc en vitesse les aménagements de voirie qui sont sans doute indispensables mais que nous ne pouvons pas relier au plan de mobilité actualisé dont nous ne savons rien aujourd'hui.

Sur l'assainissement du site
Pour la partie la plus polluée, soit le terrain de foot (présence de métaux lourds), c'est le flou absolu. La firme Wereldhave propose jusqu'à présent l'apport de terres de remblai mais cela semble totalement insuffisant au vu des problèmes de pollution sur ce site. Il faudrait une solution globale qui réponde réellement aux besoins d'assainissement étant donné que des habitations pourraient y être construites à l'avenir. De plus, l'évacuation des eaux sur ce site sera aussi un problème. Alors, excusez-moi mais la solution que vous nous proposez aujourd'hui, c'est un bricolage. Comment est-ce possible qu'on ne connaisse pas encore aujourd'hui l'ampleur de l'assainissement à opérer et que celui-ci sera tout d'un coup trouvé durant ce mois de juin 2014 ? Ne risque-t-on pas de voir, comme pour la mobilité, une solution prise hâtivement afin que la firme puisse mettre en route son chantier sans un assainissement vraiment en profondeur ?

Sur le projet architectural et commercial
« sur le parti architectural du projet « suite à l'analyse du site, il nous apparaît que celui-ci se dresse en charnière entre espaces verts importants, l'un urbain (parc côté centre historique) et l'autre périurbain (le Bois d'Allain). Le projet des Bastions créera une coulée verte reliant ces deux contextes verts.

Le retail park : « Son organisation en U autour du parking paysager et structurant un déambulatoire couvert tel une évocation d'une certaine réécriture d'un cloître irriguant les cellules commerciales »

C'est un vrai projet architectural dont nous pouvons apprécier les qualités, bien différentes des centres commerciaux de mauvais goût qui ont fleuri durant les décennies précédentes aux abords des villes. Mais n'oublions pas quand même qu'il s'agit d'un centre commercial, un temple dédié au dieu de la consommation comme tous les centres commerciaux.

Lors de la précédente législature,nous avons exprimé, à plusieurs reprises, nos craintes de voir le commerce du centre-ville péricliter lorsque cette extension serait réalisée.



Aujourd'hui, nos craintes sont loin d'être dissipées face à la disparition de nombreuses cellules commerciales en centre-ville d'autant plus que le projet que vous nous présentez attirera les clients qu'ils soient automobilistes, cyclistes, piétons. Nous ne partageons pas votre optimisme quant au caractère complémentaire entre la zone commerciale des Bastions et les rue commerçantes du centre-ville."

lundi 26 mai 2014

Avec Groen pour une Europe d'ouverture....

Au lever du jour, apprendre la victoire de l'extrême droite en France, juste là au bout de mon jardin, me glace d'effroi,  ce n'est pas un jour de gloire, c'est un jour de déboire.

Face à  cette onde de choc populiste, xénophobe qui traverse l'Europe d'Ouest en Est, la défaite des écologistes wallons, même si elle fait mal à tous les militants, est bien moins préoccupante à mes yeux.

Par contre, une victoire me réconforte ce matin et me rend l'espoir en des jours meilleurs.




Au Nord du pays, à côté de la droite nationaliste du NVA,  savez-vous qu'un autre parti peut sabrer le champagne en ce matin du 26 mai? Aussi surprenant que cela puisse paraître, en ce jour de défaite écologiste au sud du pays,  Groen, parti frère d'ECOLO  augmente son nombre de députés dans tous les parlements où il est représenté.

Un parti , qui a vécu des jours de cauchemar, après avoir perdu toute représentation parlementaire en 2003 et qui s'est reconstruit avec les encouragements et l'aide d'ECOLO avant de renouer timidement avec le succès en 2009 et 2010. 

Groen a  pris des positions courageuses malgré ses difficultés d'exister. Rappelez-vous en 2007 les partis flamands, votent la scission de l'arrondissement BHV, à l'exception de Groen.
Groen est montré du doigt  par une  grande partie des Flamands pour traîtrise à la cause flamande. 

Mais Groen ne baisse pas  les bras et poursuit sa politique d'ouverture à Bruxelles, en se présentant sur des listes  avec ECOLO, au parlement fédéral, en formant un groupe unique avec ECOLO,  En 2010,  ECOLO et Groen  défendent avec enthousiasme des propositions constructives pour réformer l'Etat belge et le faire entrer dans le 21e siècle.

Sa victoire aujourd'hui tient aussi à sa position cohérente et déterminée dans le dossier du ring d'Antwerpen, qu'on appelle  l'Oosterwelverbinding.  Là où les autres partis ont eu un discours ambigü devant une population désorientée, Groen refuse depuis le début l'extension aérienne de ce ring.

Rejoints dans leur combat par de nombreux médecins et scientifiques qui dénoncent les conséquences catastrophiques d'un tel projet pour la santé des Anversois, Groen recueille les fruits de sa position cohérente malgré les vents contraires qu'il a dû affronter.



 Proficiaat, beste vrienden de Groen!  Je suis fière et
enthousiaste de pouvoir travailler avec vous sur les dossiers transfrontaliers. Décidément, l'écologie n'a pas de frontière ! Il faut le clamer fort aujourd'hui où l'Europe se replie sur elle-même.

mercredi 21 mai 2014

Aux urnes citoyen(ne)s !


Chère amie, 
Cher ami, 

A quelques jours d’un scrutin très important, je vous demande de m’accorder votre confiance ainsi qu’à mes colistiers sur les listes ECOLO au parlement fédéral,  à la RW et à l’Europe.

Remontons un peu le temps.
En 1995, un projet de loi déposé par la députée ECOLO Martine Dardenne a permis à la Belgique d’être le premier pays à interdire les mines anti personnels. Cette loi a inspiré la rédaction du traité d’ Ottawa interdisant les mines anti personnels
En 2003, grâce à la présence des écologistes flamands et francophones dans le gouvernement fédéral, la Belgique a voté une loi sur la sortie du nucléaire. Seule la présence d’ECOLO au niveau des différents exécutifs garantira la mise en œuvre de la transition énergétique dénucléarisée.

Et plus près de nous,
Au parlement Européen, la détermination des Verts, spécialement de Philippe Lamberts, a porté un sérieux coup à ceux qui refusaient toute régulation de la finance. Cela a valu à notre député ECOLO le doux surnom d'ennemi de la City à Londres.

La politique est faite de belles victoires, de défaites assumées mais surtout de persévérance et de cohérence dans le projet : nous savons vers où nous voulons aller et nos compromis avec les autres partis sont simplement le reflet du rapport de forces démocratiques.
Nous  ne changerons pas le monde sans vous.  Si nous sommes nombreux à voter ECOLO, nous donnerons plus vite et plus fort corps à une société plus juste et plus viable pour nos enfants et petits-enfants.

Merci de transmettre ce message à vos amis et connaissances.
D’avance je vous remercie.

Ecologiquement vôtre,

dimanche 18 mai 2014

Au champs, pas d'Auchan..

Tel était le titre de la marche festive organisée par des associations en lutte contre les projets immobiliers d'Auchan en France.

Ces organisations de paysans en ont assez de voir leurs exploitations agricoles sacrifiées pour y construire des méga centres commerciaux où on y vend ..de la bouffe industrielle. Cela crée de l'emploi dit-on. Mais ce sont des emplois peu rémunérés, à temps partiel, de mauvaise qualité. De plus, les emplois créés dans les nouveaux méga centres commerciaux détruisent des emplois ailleurs, dans les centres-villes ou dans d'autres centres commerciaux.  Sommes-nous condamnés à subir cette course folle à la multiplication des centres commerciaux, à la bétonisation des terres agricoles au profit des actionnaires de grosses entreprises commerciales et financières?
Non, ce n'est pas une fatalité, nous disent les collectifs organisateurs et les Verts. C'est pourquoi nous avons marché ensemble de Roubaix à Néchin hier.



Hier, se déroulait, à Roubaix,  une réunion des actionnaires au siège du groupe Mulliez (Décathlon, Auchan, et bien d'autres enseignes ... ). Les marcheurs se sont rassemblés devant ce siège et se sont mis en route vers Néchin, village d'adoption de la famille Mulliez.
La famille Mulliez, première plus grosse fortune de France, s'est expatriée vers la  Belgique pour éviter de payer trop d'impôts en France!

Depuis quelque temps, le petit village de Néchin est devenu un véritable paradis fiscal pour exilés fiscaux français.  Un autre Gérard a rejoint Gérard Mulliez récemment à Néchin, Mr Gérard Depardieu. Tous deux viennent jouir d'une paix royale dans le petit Royaume de Belgique!

Dans la bonne humeur,  nous avons scandé des slogans  "Mulliez, brasseurs de pognons" ou " arrêtez de penser, dépensez"  "circuits courts, cours toujours" et "Aux champs, pas d'Auchan". "Carrefour, c'est bientôt ton tour" !....avant de déverser de la terre sur le béton à Néchin et y planter quelques tomates.. afin de gagner quelques mètres carrés de terre sur le béton coulé par le groupe Mulliez.

jeudi 15 mai 2014

Fête des voisins, un must de la convivialité

C'est ce 16 mai un peu partout en Europe fête dans les quartiers.

Pour les écologistes tournaisiens, c'est la deuxième édition dans le quartier Marvis.  L'année dernière, n'ayant pas pu fermer la rue, nous nous sommes repliés avec quelques voisins sur le parvis de Choiseul, un magnifique endroit qui se prête à toute initiative conviviale.

Aujourd'hui, c'est un grand jour, un vrai moment de partage avec les gens du quartier et plein d'amis venant d'ailleurs dans notre rue.

Nous retracerons en images l'histoire de notre venue dans ce quartier. Nous visiterons la maison rénovée ....

Bienvenue  à toutes et tous




lundi 12 mai 2014

Des soutiens précieux à la tribune au meeting ECOLO ce week-end



Ce dimanche, l'ancien président de la ligue des droits de l'homme et actuel directeur du centre d'études du centre d'action laïque, nous a exhortés à continuer le combat politique pour la défense des droits de l'homme en Belgique et sur la planète. "Pour moi, pas d'hésitation, le programme ECOLO est celui qui correspond le mieux à mon combat, à ma vision du monde."a déclaré Benoît Vandermeerschen.



De son côté, Martine Cornil, journaliste à la RTBF (jusque fin 2013)  a expliqué sa décision de rejoindre la famille écologiste sur la liste régionale de Bruxelles.  "Mon fils me disait, mais toi, maman, qu'est-ce que tu fais pour que cela change? et aujourd'hui, je suis ici avec vous. Si j'ai un seul reproche à vous faire, plutôt à nous faire, c'est de ne pas montrer assez fièrement les réalisations d'ECOLO sur les terrains où il est présent. Je faisais déjà partie de la famille écologiste de coeur mais maintenant je suis parmi vous."


Ensuite,  les jeunes candidates européennes, Saskia et Caroline  ont rappelé qu'il fallait plus d'Europe et mieux d'Europe  et qu'il appartenait à la jeune génération de construire cette Europe "viable" et "enviable".

mercredi 7 mai 2014

Philippe Lamberts à Tournai : conversation autour de l'Europe et de projets citoyens....

Philippe Lamberts avait une bonne heure à consacrer aux militants tournaisiens ce mardi après-midi avant de rejoindre Mouscron pour une rencontre et un débat avec des entrepreneurs et d'autres politiques.

Autour d'une bonne table, un repas simple composé de produits du terroir et de saison, nous avons refait le monde.

Nous avons construit l'Europe telle que nous l'avons rêvée et telle que nous la voulons.

Philippe a rappelé les enjeux de cette crise financière qui a fait sombrer nos économies européennes et mené tant de gens dans la précarité.

Philippe nous explique qu'il faut attaquer les racines du mal : il faut d'abord  sortir de cette économie "casino" où on gagne gros, en mettant les travailleurs au chômage.  Une économie où le pouvoir est détenu par les lobbys de la finance et non par les porteurs de projets d'avenir.

C'est vrai qu'il a ferraillé beaucoup au parlement européen sur le dossier des banques durant ce mandat afin d'encadrer  celles par qui la crise est arrivée.  Il aura bien besoin d'un deuxième mandat pour faire reculer un peu plus l'économie casino.  Mais Philippe est déterminé et optimiste.   On ne devient pas l'ennemi numéro 1 de la City de Londres en restant blotti dans un fauteuil confortable de député!

Il a rappelé aussi pourquoi les Verts disent non sans état d'âme au traité de libre échange transatlantique qui se prépare dans le plus grand secret entre Europe et Etats-Unis.








Et puis, nous avons échangé avec Daphné Simon,  une jeune dame, déterminée et optimiste elle aussi, dont le projet a enchanté Philippe : elle est marchande ambulante de produits du terroir. Elle répond ainsi à la demande croissante des consommateurs de manger local et de saison. En se déplaçant vers eux,  elle leur permet d'acheter de bons produits, tout en évitant les déplacements longs et mangeurs de temps.  Son projet est bien de notre temps et porteur d'espoir !

Les asperges de Kain sous le bras, Philippe nous a quittés, rappelant que la campagne électorale est loin d'être finie, que l'espoir reste dans notre camp car nous voulons plus d'Europe et mieux d'Europe pour l'avenir de nos enfants.