vendredi 5 mai 2017

Ce 3 mai à Tournai : débat démocratique et éructations calomnieuses ..

Le Collège communal a proposé ce 3 mai au conseil communal l'annulation d'un article du règlement de police qu'il avait lui-même initié en janvier dernier : l'arrestation administrative pour mendiants récidivistes, pour les personnes en possession de boissons alcoolisées en rue et celles qui laissent divaguer leur chien en rue sans laisse et muselière
Un débat intéressant s'en est suivi lors de la prise de position des différents groupes politiques.
Ayant été interpellée par une citoyenne tournaisienne, après les propos calomnieux de l'Echevin délégué à la fonction maïorale,  voilà la réponse  que je lui ai apportée au sujet de la position défendue par ECOLO.


« Madame,
   Monsieur,

permettez-moi de marquer mon accord total avec vos propos sur la dangerosité des chiens qui ne sont pas tenus en laisse sur l’espace public à Tournai.

Je ne suis pas restée inactive sur ce sujet. J'ai interpellé lors du conseil de police de juin 2016.

Je suis moi-même mamy de deux petits enfants et j’avais fait cette interpellation suite à un incident vécu avec ma petite fille; un chien se dirigeant en courant vers nous le long du chemin de halage alors que je promenais ma petite fille en poussette calmement.

Je pense que tous les propriétaires de chien doivent maîtriser leur animal et le maintenir en laisse et avec une muselière lorsqu’ils sont parmi les races dangereuses.

Il y a quelques années, j’avais d’ailleurs initié le débat au conseil communal sur l' obligation de mettre une muselière aux chiens dangereux sur l’espace public.    

Jusqu’à présent la police procède à  la confiscation du chien, en réclamant une amende pour le récupérer .Je suis totalement d'accord sur cette manière de procéder. Et je reste ouverte à la possibilité d’une confiscation définitive de chien menaçant et dangereux qu’on laisserait divaguer sur l’espace public. 

Il faut absolument faire respecter ce règlement .

Pourquoi ECOLO défend-il cette position radicale sur le sujet?   Parce qu’il y a atteinte à la sérénité publique et danger réel pour la vie de nos enfants et des personnes en général.  Non, nous ne sommes pas des partisans de l'impunité.

Mais les débats de janvier 2017 et de ce 3 mai 2017 au conseil communal,  ne portaient pas sur les chiens dangereux mais bien sur la mendicité.

Je vais vous éclairer le mieux possible sur ces débats bien qu'un débat soit toujours difficile à résumer, au risque d'oublier les nuances qui ont été exprimées.

En janvier dernier, L’Echevin délégué à la fonction maïorale,  a présenté au vote du conseil communal,  le projet d’utiliser  l’arrestation administrative contre les mendiants, dits récidivistes, c’est à dire les mendiants qui reviennent sur le parvis des commerces alors qu’ils en ont été chassés une première fois par les forces de l’ordre .

Il avait ajouté  l’arrestation administrative pour les personnes qui sont porteuses d'une boisson alcoolisée sur la voie publique et celles qui ne mettent pas de muselière ou de laisse à leur chien dangereux.  

Mais Il faut savoir que l’arrestation administrative est prévue par  la loi communale : les policiers peuvent arrêter pendant 12h une personne qui trouble l’ordre public par son comportement dangereux, notamment après abus d’alcool.  Les personnes laissant divaguer leur chien entrent aussi dans la catégorie de personnes qui troublent l’ordre public.  La police pourrait donc procéder à une arrestation administrative pour ces cas de troubles à l’ordre public , de mise en danger de la population. 

Personne, au sein du conseil communal, ou du conseil de police à Tournai, n’a jamais remis en cause l’utilisation de l’arrestation administrative pour assurer la sécurité de personnes qui se déplacent en rue.

En janvier dernier, le bourgmestre a proposé au conseil communal d’ajouter le fait de mendier sur le trottoir , aux abords des commerces notamment,  comme un trouble à l’ordre public qui pourrait amener ces personnes à être « mises au cachot pendant 12 heures ».

ECOLO s’y est opposé car nous estimions que c’était une atteinte à la dignité humaine et un effet d’annonce qui n’avait aucune efficacité.

Le commissaire avouait lui-même que cette mesure ne changerait rien : les personnes arrêtées administrativement reviendraient le lendemain. Commencerait alors un jeu de chat et de la souris avec la police.

Est-ce vraiment cela qui va améliorer la vie sur l’espace public à Tournai?  N’oublions pas que la police est là pour assurer la sécurité de la population et la protéger de tout danger.  Nous, écologistes, pensons que mendier sur la voie publique, n’est pas en soi une menace pour la population qui se déplace sur la voie publique.

Par contre, un mendiant menaçant, qui brandit un couteau ou menace un passant avec son chien, c’est une personne qui est en infraction avec la loi et qui doit être remise entre les mains de la police et de la justice.  C’est plus qu’un trouble de l’ordre public, c’est une menace grave pour  la sécurité de la population.

Il faut donc distinguer les situations et ne pas faire d’amalgame, et d’effet d’annonce, créer la confusion et renforcer ainsi la peur et la haine.

Les hommes et les femmes qui s’engagent en politique doivent prendre des mesures afin que tout le monde ait le droit de se déplacer en toute tranquillité dans les rues, les parcs, les gares, …..et s’assurer qu’une présence policière suffisante permette une intervention rapide lorsque la sécurité est menacée.

Quant à la mendicité et toute la misère qui existe dans notre société, c’est avant tout un problème social bien plus complexe qu’on n' éradique  pas en décrétant qu’un mendiant ira passer quelques heures dans un cachot.


C'est cette position que notre groupe politique a défendue lors des conseils communaux de janvier et mai 2017.


Ce mercredi, nous avons simplement demander de donner la priorité au travail de réflexion initié par le Relais social urbain , une structure publique dont la tâche essentielle est la prise en charge des personnes en grande précarité.

La mise en place de ce groupe de réflexion avec les acteurs de terrain du social à Tournai, avait été votée en janvier, en même temps que la décision d’arrêter administrativement les mendiants récidivistes.

Nous avons tout simplement demandé d’attendre les conclusions et les propositions de ce groupe de réflexion avant de proposer d’autres mesures coercitives.

C’est bien loin d’une position caricaturale demandant l’impunité pour tous sur l’espace public, je pense !

Quant au recours devant le Conseil d’Etat, il a été initié  par un collectif d’associations qui travaillent avec les gens dans la précarité. Ils ont basé leur recours sur l’illégalité pour le conseil communal d’ordonner une arrestation administrative.  Le Collège communal s’apercevant que le Conseil d'Etat leur donnerait raison,a simplement retiré le règlement qu’il avait proposé lui-même en janvier.
 
Le recours  n’a pas été initié par notre parti.  En tant que parti politique, nous utilisons le débat public au conseil communal pour exprimer notre position, parfois dans le même sens de la majorité, parfois contre elle  mais nous le faisons toujours dans le respect de la parole des uns et des autres.

C’est grâce au débat public respectueux des positions de chacun que la démocratie peut s’enrichir.

Comme le dit l’Echevin sur les réseaux sociaux, ce 3 mai est un mercredi noir pour la démocratie à Tournai parce que lui-même, qui détient une grande responsabilité politique dans sa ville, a souillé le débat public, a insulté des mandataires publics et des acteurs du social à Tournai.

Il a fait fi d’un débat intéressant qui s’est déroulé au sein du conseil communal en vomissant sa colère et sa haine .

Le débat était pourtant bien plus nuancé et plus riche que ses éructations calomnieuses. Le débat s’est d’ailleurs terminé, à chaque fois, par des votes tout aussi nuancés : un bon nombre de membres du groupe politique socialiste, se sont abstenus en janvier dernier et le groupe politique CDH s’est abstenu lors du conseil de ce 3 mai .

Voilà, je voulais vous apporter mon point de vue nuancé face à une position simpliste lancée un peu partout dans la presse et sur les réseaux sociaux par une personne qui devrait faire preuve de retenue et de dignité vu la fonction qu’elle occupe. »