mercredi 7 décembre 2016

En attendant la remise des prix Nobel à Stockholm et Oslo....

Quatorze  lauréats du prix Nobel, de toute discipline,  ont rédigé une lettre ouverte à la Fondation Nobel lui demandant de respecter les valeurs défendues par ce prestigieux prix : donner plus d'humanité à notre terre.

Ils exhortent la Fondation à se montrer cohérente avec les valeurs qu'elle défend en retirant tous ses investissements dans l'énergie fossile .

Des investissements qui détruisent notre planète à petit feu et la rendent moins habitable pour nos enfants et petits enfants.

En signant la pétition  nous apportons notre soutien à ces lauréats qui prennent une position courageuse !



mercredi 30 novembre 2016

budget communal, budget CPAS, commissariat, un autre son de cloche, celui des écologistes...

Les échanges sur les budgets  et la politique  qu'ils sous-tendent étaient intéressants au conseil communal de Tournai ce lundi soir et au conseil de police mardi soir.

Voici les propos de ma collègue Coralie Ladavid sur la politique du CPAS :




Quant au budget communal, plusieurs éléments nous semblent positifs tandis que d'autres nous interpellent, en voici quelques-uns :

Dans les écoles communales, seule l'école du Château propose aux enfants un repas avec crudités pour des raisons de coût,  d'après l'échevin de l'enseignement.  J'ai proposé d'étendre cette possibilité à toutes les écoles . Distribuer une soupe à tous nos petits, me semble aussi une possibilité à développer.  L'échevin me répond que la Ville ne le fait pas pour éviter un recours de l'enseignement libre sur ce qu'on appelle communément "les avantages sociaux"; Nos enfants méritent mieux !



Beaucoup de choses à dire en matière de sécurité mais malheureusement les informations arrivent au compte-gouttes,  c'était le sens de mon intervention lundi soir :




Guillaume Denonne est intervenu lui aussi sur le placement  de caméras à Tournai dont on ne sait presque rien pour le moment :

" Nous restons convaincus qu'une politique de prévention plus active permettrait de diminuer les problèmes à Tournai. Quant aux caméras, ce n'est pas raisonnable d'acheter des caméras aujourd'hui si le système de visualisation en direct n'est pas prévu en même temps car les caméras risquent de ne pas être compatibles avec ce système. Cela évolue si vite en matière de technologie !


Au conseil de police, mardi soir, les informations étaient aussi préoccupantes : les coûts de personnel pour visualiser les données enregistrées par les caméras s'envoleront alors que les finances de la zone se dégradent.  L'investissement pour le nouveau commissariat est estimé à 16 millions d'euros, mais on sait très bien que les budgets d'investissement sont toujours dépassés lors de la construction!

C'était le sens de mon abstention lors du vote sur l'achat du bâtiment ORES par la zone de police. 
 
Aujourd'hui, d'autres opportunités pourraient s'ouvrir : pourquoi pas la caserne St Jean si l'armée décide de quitter les lieux ? Car, même si nous restons convaincus qu'un quartier militaire doit rester à Tournai, tout peut être regroupé sur le site de la caserne Rucquoy ?








Pour terminer sur des notes positives, ECOLO s'est réjoui de voir apparaître prochainement deux investissements qui compteront dans la vie quotidienne des Tournaisiens : un bâtiment des services administratifs rénové et accueillant et une passerelle nouvelles entre les quartiers St Jean et St Piat! 


 






















Affaires à suivre.....












jeudi 27 octobre 2016

CETA, on a gagné "ou quoi"??

Pendant que des hommes et des femmes politiques s'étripent ou se congratulent, suivant qu'ils pensent avoir gagné ou perdu quelque chose dans la bataille du traité de libre-échange Europe-Canada, il est toujours intéressant de prendre un peu de recul.

Aujourd'hui, c'est l'éminent économiste belge, Paul De Grauwe, professeur honoraire de la K.U.L. et ancien sénateur libéral (open VLD) qui nous apporte cet éclairage bien utile sur les bienfaits et les méfaits du commerce international. Mr De Grauwe enseigne actuellement à la London School of Economics Science et n'est donc pas un ultra-gauchiste qui arpente les rues des capitales européennes en clamant son opposition à tout traité de libre-échange!

Au siècle passé, selon lui, le commerce international a permis un développement économique et social énorme en Europe et dans le monde.  Appliquant la théorie "des avantages comparés", les Etats spécialisaient leur production agricole et industrielle dans les domaines où ils étaient les plus compétitifs. Cela engendrait la création d'un nombre important d'emplois .  Les pays échangeaient leurs produits à des prix très intéressants pour les consommateurs qui profitaient de ces avantages comparatifs à leur tour.

Monsieur De Grauwe affirme ainsi qu'il est un chaud partisan du libre-échange , ce qui ne surprend personne, de la part d'un économiste, libéral de surcroît.

Mr De Grauwe nous surprend un peu plus  lorsqu'il affirme "globalisering botst op zijn grenzen".  En d'autres mots, toute cette belle théorie ne s'applique plus à notre société globalisée. "La globalisation a atteint ses limites".

Selon l'économiste, le développement du commerce international dans notre société globalisée apporte des méfaits sur deux plans essentiellement : l'environnement et les conditions sociales des travailleurs.

En matière environnementale, c'est le transport qui est montré du doigt.  Si les pays continuent à spécialiser leur production afin de l'exporter à l'autre bout de la terre, le coût environnemental lié au transport est bien plus important que les gains engendrés par ces exportations.  Nous pouvons ajouter à Mr De Grauwe l'argument développé par des agriculteurs européens (et canadiens) et qui vaut son pesant d'or : ces agriculteurs affirment qu'il veulent gagner leur vie et assurer un avenir à leurs enfants mais pas au prix de voir crouler des agriculteurs au Canada (ou en Europe) .

Sur le plan social, Mr De Grauw insiste sur la catastrophe liée à une globalisation sans limite.  Ce sont les actionnaires, déjà milliardaires, qui continuent à s'enrichir par le développement des exportations  partout sur la planète. Il reprend l'exemple belge de Inbev  où les actionnaires ont rempli leurs poches alors qu'ils semaient la misère dans la plupart des pays où Inbev a supprimé des milliers d'emplois.

La machine du commerce international est donc complètement cassée.  Non, on ne crée plus de la richesse à partager en spécialisant sa production et en exportant à outrance mais on enrichit quelques-uns au détriment de milliers et millions de travailleurs.

Alors que j'ai battu le pavé avec de nombreux militants anti-TTIP et anti-CETA plusieurs fois cette année, j'avoue que la position de cet économiste qui développe une position tout-à-fait réaliste sur l'état du monde globalisé,  me renforce dans mon combat contre l'ultra-libéralisme.  La globalisation a, effectivement, atteint ses limites.

Ce sont les hommes et les femmes politiques qui apposeront aujourd'hui leur signature sur un document appelé CETA  qui doivent lire cette analyse de Mr De Grauwe parue dans le journal "De Morgen" cette semaine.

Auront-ils la sagesse de ne pas signer et de réfléchir, comme de nombreux citoyens le font aujourd'hui, à un système économique au profit des humains et non des multinationales et de leurs actionnaires?

.




dimanche 25 septembre 2016

Picnic au Luchet d'Antoing, bravo aux organisateurs !

Pas de chance!  La pluie, qu'on avait presque oubliée, est venue jouer les trouble-fête de ce sympathique dimanche au Luchet d'Antoing.

Pourquoi organiser un picnic sur le terrain de l'armée ce dimanche 25 septembre?

Parce que ce terrain est un endroit merveilleux pour organiser des activités extérieures au profit de tous (jeux pour enfants, sports , jardinage...).




Il y a peu d'endroits aussi vastes et accessibles à Tournai.

A titre personnel et en tant que mandataire politique, je soutiens totalement l'initiative des associations d'habitants, de la maison de jeunes l'Uche Ouverte et de la faculté d'architecture qui travaillent sans trêve pour que ce lieu soit ouvert à toute initiative citoyenne.

C'est un soutien massif de la population qui convaincra le Ministre de l'Intérieur et l'Armée de signer une convention d'occupation au profit des associations et des habitants du quartier.

Alors n'hésitons pas, à marquer publiquement notre enthousiasme face à ce projet !



mardi 20 septembre 2016

Hier manif contre le TTIP et le CETA

Un succès, beaucoup de manifestatnts motivés.

Il  faudra en motiver beaucoup d'autres
pour faire barrage à ce traité absurde.

Il faut refuser de donner tout pouvoir aux multinationales au détriment de la qualité de vie de nos enfants.

jeudi 15 septembre 2016

Le mariage Bayer-Monsanto, un conte de fées ?



Ils se sont mariés, ils seront heureux et auront beaucoup de ...pouvoir pour détruire notre terre.










« L'’industrie agricole est au cœur de l’un des principaux défis actuels: nourrir 3 milliards
de personnes supplémentaires dans le monde d’ici 2050 dans le respect de
l’environnement. »

Un discours qui sonne faux, mais qui sera asséné par ces «  bienfaiteurs de l'humanité », jusqu'à en perdre la voix, pour faire taire les derniers opposants à leurs projets mégalomanes.


Aujourd'hui, les media annoncent cette union comme une info banale « business as usual »

Pourtant, les chiffres donnent le tournis et signifient bien plus qu'une fusion d'entreprises.

Monsanto c'est un tiers du marché mondial des OGM .
Monsanto et Bayer ensemble, c'est le quart de la production mondiale de produits agrochimiques( engrais, pesticides, herbicides, dont le célèbre Roundup) mais aussi un tiers du marché des semences de la planète.

Bayer a déposé 66 milliards de dollars dans l'escarcelle de la mariée , en s'endettant pour plus de 50 milliards de dollars !

Croyez-vous que Bayer a pris un risque financier aussi fou pour mieux nourrir le monde ? Moi, je n'y crois rien.

Dans nos journaux, ce mariage devrait faire la une des pages alimentation, santé, environnement et politique internationale dans le monde entier.

En page "alimentation", cet événement mettra en évidence la dépendance quasi totale des agriculteurs à ce géant de l'agrobusiness, qui ne se privera pas d'imposer « ces » prix pour les produits phyto et surtout pour les semences. De plus, les OGM qui trouvaient difficilement la porte d'entrée du marché européen, à cause de l'opposition citoyenne très forte, s'imposeront d'office aux agriculteurs qui ne trouveront plus d'autres semences pour la culture de certaines céréales.

En « page politique », les journalistes rappelleront le lobbying intense de l'agro business sur les autorités politiques nationales et européennes pour éviter les règlementations trop contraignantes, et leur commande d'études scientifiques "truquées" pour contrer les hommes et femmes politiques trop aventureux qui décideraient de retirer du marché leur produit phare (le Roundup par exemple).


Aujourd'hui, on le devine aisément, l'action en coulisses,de ce monstre euro-américain, pour relancer, de plus belle, les négociations pour conclure au plus vite les traités de libre-échange, (TTIP et CETA) qui leur apporteront bien des avantages, et notamment, la possibilité de contester tout règlement contraignant d'un Etat devant un tribunal privé.

Oui , ce monstre mondial de l'agro-business, sera une force politique plus importante que la plupart des Etats de la planète et plus rien n'arrêtera sa course au super profit et son pouvoir démesuré au détriment des hommes et de la planète.

Que pouvons-nous faire ?

Face à l'apathie, la résignation, ou pire, la collaboration de certains politiciens, la mobilisation citoyenne doit s'intensifier.


En Allemagne, patrie de Bayer, où les OGM sont très contestés, la riposte des ONG et du parti Vert s'organise : Ils appellent ensemble à manifester contre cette fusion et contre les traités de libre-échangeCETA et TTIP dès samedi.





Si  vous n'étiez pas encore décidés à rejoindre les manifestants mardi prochain , j'espère vous avoir convaincu de consacrer quelques heures de votre temps juste pour dénoncer cette folie.

Si, comme moi, vous avez des enfants, des petits-enfants, pensez à eux, qui vivront sur la planète Bayer-Monsanto dans les prochaines décennies.

L'OMS parle, déjà aujourd'hui , d'une pandémie de maladies chroniques liées aux composés chimiques que l'on trouve partout dans notre environnement.

Les agriculteurs, eux aussi, voient leur santé se détériorer par l'utilisation des pesticides.

Qu'en sera-t-il demain ?

La campagne bucolique du futur, univers de nos petits enfants, ne sera plus qu'un immense champ d'OGM et de produits chimiques, que les agriculteurs disperseront au seul profit du maître Bayer-Monsanto. 

Bayer-Monsanto, ce n'est pas une créature de rêve, mais plutôt l'ogre des contes pour enfants, qu'il faut combattre en unissant nos intelligences et nos coeurs ! 

.

mardi 16 août 2016

Ohé ohé ohé les p'tits Belges vont à (Mexico) Rio !

C'est un air bien connu, souvent chanté par les p'tits Belges partout où ils vont !

Pourtant, cet air m'inspire une réflexion,  déjà reprise par quelqu'un sur les antennes de la radio avant le match de légende d'hier soir :

Quand les Portugais gagnent un match ( en foot ) on n'dit pas les P'tits Portugais (11 millions d'habitants) , on dit "c'est une grande nation du foot !"

Quand les Néo Zélandais gagnent un match (en rugby ), on n'dit pas les 'Ptits Néo Zélandais (6 millions d'habitants) , on dit "une grande nation du rugby !"

Quand les Néerlandais gagnent (parfois en foot, parfois en hockey, mais aussi en natation, en voile, en cyclisme, en athléltisme, ....) on dit toujours :  ces Hollandais, (17 millions d'habitants), une grande nation du sport!

Et alors, quand les p'tits lions belges battent avec conviction cette grand nation du sport , on pourrait dire : " les p'tits Belges ont gagné, un p'tit   miracle"!

Non et non, disons plutôt, les Belges (11 millions d'habitants), "une grande nation du Sport!"

 Les valeurs du sport, les Belges,ils connaissent et ils nous le montrent depuis 10 jours  : la combativité, la générosité, l'intelligence sportive mais toujours teintée de modestie car on reste Belge avant tout!

Alors, chapeau à tou(te)s ces athlètes belges, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, ils incarnent tous l'esprit sportif qu'on aime et qui nous fait vibrer !

dimanche 7 août 2016

Fière de mon pays tout simplement !

Un beau jour pour tou(te)s les Belges!
J'ai vécu cette victoire avec le même sentiment de fierté que dans mon enfance.

Après les péripéties de l'équipe belge de foot à l'Euro, nous pouvons aujourd'hui être fier(e)s d'avoir un grand champion olympique, Greg Van Avermaet.

La Belgique est un pays où le cyclisme est roi depuis des générations.

J'ai vécu mon enfance, bercée par les victoires de cet immense champion, Eddy Merckx.  Je me souviens de ce 21 juillet 1969  où les Amréricains marchaient sur la lune alors qu'en Belgique, nous vivions l'allégresse d'une victoire au Tour de France de notre champion de légende.

Grâce à l'or olympique en cyclisme, notre petit pays renoue avec cette merveillesse tradition des victoires belges dans un sport qui fait partie des traditions de la Belgique.

Bravo à ce beau champion et fierté pour notre petit pays !
une graine de championne déjà !

lundi 18 juillet 2016

Petit devoir de vacances ...pour le peuple ...et ses élu(e)s



En feuilletant le journal la semaine dernière, j'ai été attirée par un titre accrocheur, pour tout élu(e) du peuple qui se respecte :

"En démocratie, on ne doit pas craindre le peuple"

C'est le titre d'une interview de Anne-Emmanuelle Bourgaux, chargée de cours à l'ULB et l'Umons, dans laquelle elle défend les vertus du référendum malgré la tempête de critiques qui s'est abattue sur cet outil de démocratie, après le résultat du BREXIT.

Cette constitutionnaliste a effectué une thèse de doctorat sur la participation politique en Belgique.
Elle affirme "que les principales critiques qui ciblent le référendum valent aussi pour le suffrage universel et la représentation parlementaire "(Le Soir du 14 juillet 2016).


J'ai voulu en savoir plus sur ce que défend  Mme Bourgaux en matière de démocratie, de participation, de suffrage universel..

Voici quelques réflexions recueillies par le collectif "devenons citoyens"qui devraient attirer l'attention de nous tou(te)s, citoyen(ne)s et élu(e)s, qui voulons améliorer notre démocratie en Belgique.


https://www.youtube.com/watch?v=Elx5H37H4TE

https://www.youtube.com/watch?v=uoSO3DE5YR0

https://www.youtube.com/watch?v=dmhm_UAggX8

mercredi 6 juillet 2016

Non aux chiens en liberté sur l'espace public

Au conseil de police de ce 28 juin, j'ai interpellé le Collège de Police et le Commissaire divisionnaire sur le problème des chiens "en liberté" sur l'espace public, un peu partout à Tournai.

Quelques jours plus tôt, j'avais vécu un moment de frayeur en promenant ma petite fille le long de l'Escaut.  Sur le chemin de halage, les propriétaires sont tentés de laisser gambader leur animal en toute liberté .

Ils supposent qu'ils rappelleront sans problème leur chien à l'approche de promeneurs mais l'animal n'est pas toujours docile.

Il peut même devenir agressif face aux sollicitations d'un jeune enfant.

C'est bien pour cela qu'il est obligatoire de tenir les chiens en laisse dans l' espace public, selon le règlement de police voté à l'unanimité par le conseil communal tournaisien il y a quelques années.

Le Collège de police, le Commissaire et les Conseillers de police ont soutenu ma proposition de rappeler ce règlement avec fermeté.

Les policiers sont toujours attentifs à ce danger potentiel et ils redoubleront d'attention durant la période estivale, où ces situations sont plus fréquentes, a rétorqué le Commissaire.

  

mercredi 29 juin 2016

Une étape décisive pour le projet du Pont des Trous et ses abords


Hier, le conseil communal tournaisien a décidé, à l'unanimité, de déposer sur le bureau du Ministre Prévôt l'esquisse du futur Pont des Trous et de ses abords, fruit du travail en commun d'un bureau d'architectes et de citoyens et élus tournaisiens.

Le Ministre Prévôt était exigeant : pour le 30 juin 2016, le projet des Tournaisiens devait lui être remis, si non, il ferait son propre projet.
Les Tournaisiens ont tenu parole !

Lors du conseil communal du 27 juin, les élus communaux "ont repris les clefs du projet"comme c'était prévu par le processus participatif:

"En fonction de la (ou des) solution(s) retenue(s), un second rapport intermédiaire sera élaboré par la cellule de coordination et soumis au comité de pilotage le 30 mai. Ceci fera ensuite l’objet d’un rapport final (16/6) comprenant toutes les illustrations nécessaires avec un cahier des charges précis à charge ensuite au Conseil communal du 27 juin de trancher et de déposer une proposition au ministre Prévot (30 juin au plus tard)."
(extrait de la note de cadrage du processus participatif votée à l'unanimité par le conseil communal le 7 mars 2016 )

Certains esprits chagrins continuent à jouer sur les mots en affirmant que le conseil communal  dépose une esquisse sans avoir débattu de son contenu.  Cela  leur permettra d'affirmer aux détracteurs du projet  qu'ils n'adhéraient pas à l'esquisse proposée par le comité de pilotage et de tenir un tout autre discours auprès des partisans de celle-ci.

Un peu de courage politique est indispensable en démocratie !  Le groupe politique ECOLO a voulu envoyer un message clair au Ministre et aux Tournaisiens ce lundi lors du conseil communal :


"Je commencerai ce soir, une fois n'est pas coutume (me direz-vous!) par nous auto-congratuler, nous les élus du peuple pour notre audace et notre clairvoyance en décidant à l'unanimité de mettre sur pied un processus participatif le 7 mars dernier.
Permettez-moi aussi de remercier les citoyens(ne)s qui se sont impliqués à des degrés divers et ont contribué à sa réussite.
Merci aussi aux membres du comité de pilotage pour leur persévérance et leur convivialité.
Et, un grand coup de chapeau à l'équipe d'animation qui a imaginé une méthode originale pour faire émerger les idées des participants et favoriser l'échange entre tous ainsi qu’au bureau Greisch , à l’agence ANMA et à l'architecte Olivier Bastin pour leur écoute, leur patience et leur professionnalisme.
Dès les premières réunions, certains participants invitent l'architecte à dessiner le projet « qui ferait l'unanimité » avec sa baguette magique.
Et ils s'empressent de lui rappeler dans quelles limites peut s'opérer la magie : un pont des trous en pierre, trois arches, de haute qualité architecturale, dans un cadre budgétaire strict
Mais il n'a pas répondu tout de suite à cet appel !
Les réunions se sont succédé : nous avons « tourné autour du pont » pendant quelques heures, redessinant les rives du fleuve, les reliant entr'elles par une passerelle légère.
Nous avons imaginé toute la vie qui bientôt s'y déploiera, lorsque les gradins descendront vers le fleuve. Nous avons revisité les tours afin de leur donner un avenir, bien enraciné dans l'histoire de notre cité.
Et puis l'idée des pontons sur l'Escaut a effleuré les participants, pour venir toucher ce fleuve qui nous est cher.
C'est en participant activement à toutes ces réunions que l'architecte Olivier Bastin, le bureau Greisch et l’agence ANMA ont entendu s'exprimer des points de vue tranchés et des points de convergence.
L'auteur de projet a ramassé tous les petits messages déposés ici et là par les participants et c'est à ce moment-là seulement qu'il a pris sa baguette pour dessiner le futur du Pont et ses abords et l'a fait découvrir au comité de pilotage.
Le comité de pilotage, pour rappel, avait pour mission d'accompagner l'auteur de projet, de le guider vers une proposition qui ferait consensus auprès des élus et du peuple mais pas de faire un choix tranché et définitif.
Il s'est naturellement dirigé vers une esquisse qui répondait aux exigences du cadre et a exprimé d'emblée des remarques pour améliorer celle-ci.
C'est ce projet déjà affiné qui a été présenté le 7 juin aux citoyens(ne)s qui s'étaient déplacés à la crypte de l'hôtel de ville pour exprimer leur avis.
Aujourd'hui, la boucle est presque bouclée. C'est à nous, élus communaux, qu'il appartient de confirmer au Ministre Prévôt la proposition des Tournaisiens(ne)s.
C'est avec enthousiasme que notre groupe politique se rallie à la proposition du Collège : « d’adresser au Ministre Maxime PREVOT le choix final de l’esquisse pour la transformation du Pont des Trous et de l’aménagement de ses abords, retenue par le Comité de pilotage issu du processus participatif « Au tour du Pont » (mars-juin 2016) mis en place dans la foulée de la consultation populaire du 25 octobre 2015 ».
Tout en insistant sur le fait que le parcours n'est pas terminé :
« Au tour du Pont », a mobilisé les citoyen(nes) tournaisien(ne)s. Nous souhaitons qu'il reste un projet mobilisateur. C'est d'ailleurs le souhait exprimé par l'auteur de projet et par ceux et celles qui se sont déplacés le 7 juin : Les citoyen(ne)s veulent restés informés de l'évolution du projet tandis que l'auteur de projet demande que les Tournaisien(nes) continuent à nourrir le projet.
Nous demandons au Collège de mettre tout en œuvre pour répondre à ces attentes."











dimanche 26 juin 2016

Dimanche propre en ville..



Ce dimanche matin, les écologistes tournaisiens ont accompagné quelques jeunes et leur famille dans  les rues et les parcs de Tournai.

Une action mise sur pied par les scouts de St Piat pour sensibiliser les jeunes à leur environnement.







Des moments de jeux ont ponctué la balade.



Savez-vous que chaque Wallon produit 500kg de déchets par an, que la production d'un GSM nécessite 300kg de matière première ? Le quizz préparé par les scouts nous a permis de découvrir plusieurs facettes de la production de déchets.







 Nous avons aussi recherché le déchet insolite un peu partout dans le parc!..Et nous l'avons trouvé!



Nous avons aussi constaté le manque de poubelles et de cendriers dans notre espace public!








Si nous voulons sensibiliser jeunes et moins jeunes à garder notre ville propre, il est indispensable de prévoir des endroits où déposer nos déchets.  Nous interpellerons le Collège dans ce sens !



lundi 6 juin 2016

Présentation publique du projet Pont des Trous et son environnement

Demain, le comité de pilotage présentera le projet élaboré avec les citoyens pour la phase 4 des travaux de l'élargissement de l'Escaut à Tournai.

Tournai inaugure avec brio un processus de démocratie participative qu'on ne lui connaissait pas.

Pour tous, et spécialement, pour ceux et celles qui suivent de plus loin la politique communale, il est important de rappeler les objectifs de ce processus de participation citoyenne et le cadre dans lequel il s'est inscrit, justement parce que ce processus est inédit et qu'il fallait qu'il respecte la mission qui était la sienne, pour garder toute sa crédibilité.

Lors de la consultation populaire du 25 octobre dernier, les citoyen(ne) avaient plébiscité le choix de la pierre pour le Pont des Trous et du rythme ternaire des arches.  Le lendemain de la consultation populaire, le conseil communal, unanime, a pris acte des résultats de la consultation populaire.  Le conseil communal a aussi décidé d'en faire un lieu  de haute qualité architecturale qui mettrait en évidence la pierre.


Extrait du  PV du Conseil communal du 26 octobre 2016


Extrait du PV du conseil communal du 26 octobre 2016

Le ministre Prévôt a demandé à la Ville de Tournai,de lui faire parvenir le projet des Tournaisien(ne)s relatif à la 4e phase des travaux d'élargissement de l'Escaut pour le 30 juin 2016, afin de ne pas retarder le dossier .

C'est ainsi que le Conseil Communal, unanime, a décidé le 7 mars dernier de constituer un comité de pilotage, formé de citoyens, de techniciens, de fonctionnaires de la ville et de représentants politiques afin d'éclairer le bureau Greisch et l'architecte Olivier Bastin, tous deux désignés par la Région wallonne pour réaliser le projet Pont des Trous et ses abords.

Extrait du PV du conseil communal du 7 mars 2016



Extrait du PV du conseil communal du 7 mars 2016
 Les techniciens, politiques, et associations se sont toujours réunies ensemble lors des comités de pilotage ( 4 réunions) et entre chaque comité s'est déroulé une réunion citoyenne où toute personne intéressée pouvait venir donner son avis.

Demain, il est encore temps aux citoyen(ne)s de venir donner leur avis sur ce projet .
Mais, en tout cas, le comité  a entièrement rempli sa mission, dans le délai et le cadre qui lui étaient donnés, mieux encore, en respectant le budget prévu pour cette 4ephase des travaux!
 




mercredi 1 juin 2016

Fête de la diversité le 10 juin à Tournai


 

JPEG - 207.5 ko

La plateforme d’accueil pour l’intégration des étrangers vous invite à sa 4e fête de la diversité dans le cadre de la journée mondiale des réfugiés le vendredi 10 juin 2016 à la Maison Internationale de Tournai.


La Journée mondiale des Réfugiés est célébrée chaque année le 20 juin.
Selon l’Art. 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
Organisée en l’honneur des réfugiés, des demandeurs d’asile, des personnes déplacées, des apatrides et des personnes de retour dans leur pays du monde entier, cette journée a pour but de saluer leur envie et leur espoir en une vie meilleure.
Bienvenue à tous à la 4ème Fête de la Diversité ! La plate-forme vous accueille dans les jardins de la Maison Internationale (Quai des Salines, 11 à Tournai) ce vendredi 10 juin 2016.

Au programme :
 
De 19h00 à 21h30 : animations musicales, jonglerie, concerts
A partir de 21h30 : BARBECUE (viande Halal)


lundi 30 mai 2016

Au tour du pont, dernière ligne droite

Donner du temps au temps, c'est un peu ce que je retiens de ce travail collectif entamé à Tournai depuis 3 mois.

Nous voulons, par ce processus participatif hors du commun, donner un nouveau visage au Pont des Trous et à son environnement.

C'est vrai, j'en conviens, nous avons tourné autour du pont durant de longues heures, sans oser le regarder en face.

C'est vrai,  nous avons travaillé plus avec notre coeur et nos sens qu'avec l'intelligence cartésienne dont sont dotés les humains !

Mais nous avons vécu des moments intenses . Nous avons échangé nos points de vue dans l'écoute et la bienveillance.   Nous avons osé les  jeux de rôle, les jeux de construction autour d'une table pour mieux appréhender comment nous voulons vivre "autour du fleuve et autour du pont".

 Il fallait passer par ces phases pour faire le deuil d'une icône au goût suranné et ouvrir des possibles.

La porte d'eau, le fleuve, la ceinture verte, nous voulons aujourd'hui faire vivre en symbiose ces éléments de notre ville qu'on regardait souvent de loin sans penser à les relier.

Aujourd'hui, les premières esquisses ont été dévoilées par l'auteur de projet et il  faudra terminer ensemble le travail entamé.

Pour ceux et celles qui n'ont pas participé jusqu'à présent au  processus participatif, il est encore temps de nous rejoindre ce 31 mai et ce 7 juin.

S'il est vrai qu'il faut donner du temps au temps pour aboutir à une construction vraiment collective, celui qui nous a été donné est compté et il faut absolument déposer le projet sur la table du ministre Prévôt le 30 juin prochain.

Alors, n'hésitez plus, quittez la rive,  sautez du pont, plongez avec nous, ce projet est le vôtre!





mercredi 11 mai 2016

Entretemps en Arabie Saoudite...



Il faut voir ce reportage !

C'est une réalisation de l'émission Panorama de la VRT, c'est donc en néerlandais et en anglais.

Mêmes pour ceux et celles qui auront des difficultés à comprendre les commentaires, les images parlent aussi d'elles-mêmes.

On y montre le soutien des pays européens, à  ce régime épouvantable.

N'oublions pas que ce pays est un des plus gros clients de nos entreprises belges d'armement.

C'est un reportage dérangeant sur un régime épouvantable du 21e siècle.

lundi 2 mai 2016

Il est revenu dans nos rues du centre-ville....


Comme les hirondelles nous reviennent au printemps ,  le marché est revenu serpenter dans le centre de Tournai ce samedi, veille du 1er mai.

 Un événement important à mes yeux, car c'est un projet que j'ai toujours défendu depuis que je suis conseillère communale.

J'ai toujours combattu la fragmentation des marchés entre Place Crombez, Place de Lille et Grand Place car ces implantations éloignées ne sont pas propices à faire revenir les Tournaisiens dans le centre-ville le samedi matin.

Je sais que certains commerçants craignent de perdre une partie de leur clientèle si on éloigne le marché de leur rue. A la rue Royale, par exemple, certains voient très mal le marché aux légumes quitter la place Crombez.

Je pense sincèrement qu'ils se trompent.  Tout d'abord, parce que se promener de la Grand-Place au Quai Marché aux Poissons en passant par la Rue de Chapeliers, le Piétonnier et la Place Paul Emile Janson, n'empêchera pas les clients fidèles de la Rue Royale de faire quelques pas en plus pour se retrouver sur l'autre rive de l'Escaut.

Mais surtout, parce qu'un marché qui s'étend en centre-ville le samedi matin, fait revenir de manière durable les clients : ils vont flâner d'une rue à l'autre, découvrir des enseignes inconnues, s'asseoir à une terrasse et prendre l'apéro avant de repartir avec les courses du marché.

Beaucoup de Tournaisiens m'ont dit leur nostalgie du marché aux petits animaux le long des quais. C'est vrai, moi aussi, j'aimerais m'y promener en tenant par la main ma petite fille devant les poules, canards et lapins du marché, comme je l'ai fait avec mes enfants.

On me dit qu'il faut voir comment les gens vont réagir à l'extension actuelle du marché dans la rue des Chapeliers et la Place Paul Emile Janson, avant de réfléchir à une autre extension vers la Place St Pierre et les Quais.

En tout cas, ce samedi matin, le marché semblait se plaire dans les rues où il s'installait pour la première fois.  Les gens s'y promenaient calmement, les marchands semblaient sereins. Le fait de concentrer moins d'échoppes sur la Grand-Place a déjà changé l'atmosphère du marché.

Mais comme une hirondelle, seule, ne fait pas le printemps, le marché du centre-ville ne suffira pas pour que le commerce revive vraiment à Tournai. Il y contribuera, c'est certain, si les Tournaisiens y voient le plaisir de revenir faire leurs emplettes tous les samedis en ville.

mardi 26 avril 2016

Elargissement de l'Escaut au conseil communal de ce 25 avril...

L'élargissement au Quai St Brice et le nouveau plan d'alignement du Quai Taille Pierres a été voté hier au conseil communal par 23 voix pour (PS, Tournai Plus et 3 MR ), 15 voix contre (4 CDH, 3 ECOLOS et 8 MR) et une abstention d'un conseiller MR.

Vous pouvez revivre le débat en intégralité sur le site de No Télé.





Voici l'intervention du groupe ECOLO lors de ce conseil communal

Au Tour du quai …

"Lors du conseil communal du 7 mars dernier,j’ai insisté sur l’importance du choix posé ce soir pour les Tournaisiens, car l’élargissement de l'Escaut va transformer notre ville et s'inscrit dans un projet plus large d’amélioration du visage du fleuve en ville.
Aujourd'hui, ce dossier a pris une tournure trop politique que nous déplorons, nous nous trouvons tous sur un échiquier où il faut conserver sa reine ou faire échec au roi. Les écologistes ne sont pas des pions qu'on balade sur cet échiquier.
Lorsque nous avons proposé une consultation populaire, il y a tout juste un an, nous avons privilégié le débat ouvert en conseil et n’avions pris aucun contact avec d’autres partis avant le vote, ni appelé la presse avant le conseil. Il en est de même aujourd’hui : nous voulons redonner des couleurs au débat en conseil communal.
Il y a un an , l'essentiel, pour nous, était d’ouvrir une brèche dans la politique «politicienne» à la tournaisienne sclérosée depuis trop longtemps en excluant les citoyen(ne)s de toute prise de décision. C'est par l’ouverture de cette brèche que les citoyens ont pu s'emparer du dossier. Ils nous ont confirmé à plusieurs reprises qu'ils n’avaient pas pris conscience de l’enjeu de l'élargissement de l'Escaut, avant cette consultation.
Cette brèche nous a permis d'essayer différentes formes de politique participative. En ce sens, Le dossier de l'Escaut marquera l'histoire politique de notre ville.
Deux exemples de cette rupture avec l'ancienne culture :
En mars dernier, un conseil communal unique en son genre a eu lieu : les citoyens ont pu en direct, dans cette salle, ou calmement devant leur TV, assister à un vrai débat argumenté entre des partisans et des opposants du projet d'élargissement au quai St Brice. Pourquoi pas s’en inspirer dans des dossiers futurs ?
Le nouveau processus participatif, mis en place par la ville, pour définir l'avenir du Pont des Trous et de ses abords a trouvé sa vitesse de croisière. Citoyen(ne)s, associations, politiques, fonctionnaires, nous relevons, ensemble le défi un peu fou de déposer sur le bureau du Ministre Prévôt le projet des Tournaisiens le 30 juin prochain. ECOLO exprime un tout grand merci à ceux et celles qui travaillent sans relâche à la réussite de cette aventure.
Les écologistes sont convaincus qu'une nouvelle ère politique s'ouvre à Tournai : nous ne devons faire aucune concession qui amènerait un retour vers d'anciennes pratiques. Les dossiers du plateau de la gare et de la rue Royale, de la ZAC Morel mais aussi les aménagements dans les villages et les quartiers devront s'inspirer de cette nouvelle manière de gouverner.
Mais nous dénonçons à nouveau la manière dont la majorité a géré le dossier de l’Escaut dans le passé. Comme le rappelle très bien l'émission communautaire, ce projet aurait dû être pris à bras le corps par la ville depuis 40 ans ! Mais les autorités communales ont préféré jouer sur l'émotion et fermer les yeux sur les enjeux pour l'avenir.
En 2007, le Conseil communal décide, à l'unanimité, de soutenir la mise à gabarit VA de l’Escaut par la Région wallonne.
Depuis lors, les seuls moments de débat public ont eu lieu, dans le cadre de l’étude d’incidence et de l’enquête publique. On se rend compte aujourd'hui que l'enquête publique, considérée par certains politiques comme la forme ultime de participation citoyenne, est plutôt «un ersatz de démocratie» parce qu'elle arrive bien trop tard dans le parcours du dossier et ne mobilise que quelques personnes. Vous faites certainement ce constat comme nous mais nous vous avions prévenu à plusieurs reprises. Ce dossier devait se construire avec les Tournaisiens, en mettant en avant l'intelligence collective... La ville aurait pu développer un processus participatif depuis près de 10 ans «Autour du fleuve» :
quel est le rôle économique du fleuve ? Quel rôle jouent les quais dans la ville ? Quel plan de mobilité autour du fleuve ? Comment relier le fleuve à la ceinture verte de la ville ? Toutes ces questions sont aujourd'hui reprises en raccourci dans le processus participatif «au tour du pont» parce que répondre à ces questions est indispensable pour que le projet soit cohérent. Mais vous ne l'avez pas fait pour le projet global d'aménagement du fleuve et nous nous trouvons dans une situation quasi inextricable: une cristallisation à outrance des positions, plus de possibilité d'écoute attentive des points de vue des uns et des autres, qu'ils soient techniciens, citoyens, politiques, riverains. Les gens un peu extérieurs au dossier n'y comprennent rien et ont une image encore plus négative des jeux politiques qui se trameraient, d'après eux, en coulisse. Quelle que soit la position défendue, quels que soient les éléments nouveaux qu'on peut apporter dans le débat, tout est interprété, tout est prétexte à manipulation, à un lobbying effréné des uns et des autres. Nous ne pouvons absolument plus décider dans une ambiance sereine.
Le conseil communal a toute compétence pour prendre la décision dans le dossier d'alignement des quais. Nous voulons éviter de tomber dans le piège d'un jeu politique stérile et rester fidèles à nos principes : la démocratie représentative a tout son sens et doit poursuivre son chemin aux côtés d'autres formes de démocratie participative.
C'est pourquoi, avant de voter aujourd'hui, nous avons voulu comprendre tous les enjeux de ce dossier et analyser les arguments développés par les uns et les autres.
Nous avons échangé avec les ingénieurs du SPW. Nous avons échangé avec des membres du cabinet du Ministre Henry en charge du dossier du transport fluvial. Nous avons échangé avec des membres de la majorité communale, avec des membres du collectif «l'Escaut c’est vous», avec des riverains, …
Nous nous sommes ensuite repliés sous notre tente, entre militants tournaisiens et picards pour nous rappeler ensemble les principes forts que nous voulons défendre et avoir une position ce soir en cohérence avec ceux-ci.
Nous l'avons redit avec force : le développement durable exige un soutien au développement du transport fluvial pour diminuer le transport routier.
Les questions précises de ce dossier ont été abordées sans tabou :

Un quai rétréci à 5,80, est-ce compatible avec une mobilité correcte et apaisée en ville ?
Un quai rétréci est-ce compatible dans le contexte urbanistique de notre ville ?
Un fleuve élargi à moins de 27 m, est-ce un problème de sécurité important pour la navigation en ville ?
Un fleuve élargi à moins de 27 m, est-ce compatible avec la sécurité des riverains et des usagers des quais ?
Un fleuve élargi à moins de 27 m, est-ce compatible avec la tranquillité des riverains ?
Un fleuve élargi à moins de 27 m met-il en péril le projet wallon de mise à gabarit V A sur toutes les voies navigables et la relance du transport fluvial en Wallonie ?
Nous avons constaté que des questions cruciales restaient sans réponse. La majorité communale ne s'est pas emparée du dossier et n'a pas posé les bonnes questions à l'administration.

Nous sommes très sensibles à l'argument de sécurité avancé par les ingénieurs de l'administration wallonne : des bateaux chargés de produits dangereux traversent déjà notre ville et il y en aura certainement plus à l'avenir.
Mais nous déplorons que la ville n'ait pas demandé des simulations plus précises : à 23,24 ou 25 m. Nous aurions pu faire un choix éclairé ce soir : à telle largeur, c'est possible, à telle autre c'est limite et à telle autre cela devient très dangereux. Mais ces simulations n'ont pas été demandées à l'administration.

Le gouvernement wallon décidera donc, pour les Tournaisiens, la largeur optimale du fleuve dans la ville. Le Ministre Prévôt l'a rappelé : ce sont les ingénieurs du SPW... qui signeront les plans et leur position est sans appel : le fleuve doit être élargi à 27m pour des raisons de sécurité et de fluidité.

De même, une analyse plus approfondie du bruit occasionné par la navigation n'a pas été réalisée : la ville devait le demander pour le confort sonore des riverains.

Quant au Quai Taille Pierres, vous avez affirmé qu'on pouvait revoir le projet de halte nautique mais aujourd'hui, on nous demande de voter l'alignement du quai Tailles Pierres dans une totale incertitude sur ce qui y sera réalisé. Nous demandons que ce projet soit revu et qu'on injecte les fonds économisés dans la construction d'une passerelle cyclo piétonne entre les quartiers St Jean et St Piat.

D'autres points nous préoccupent dans le dossier d'élargissement comme l'avenir des petits bateliers dans ce futur voué aux grands bateaux. Plus précisément à Tournai, la situation du commerce pendant les travaux : il est urgent de mettre sur pied un comité d'accompagnement permanent regroupant riverains, commerçants, politiques, fonctionnaires, qui suivra le dossier durant toute la durée des travaux.

Pour toutes ces raisons,
Nous voudrions dire «OUI à l'élargissement de l'Escaut» mais nous regrettons très fort de devoir dire NON aujourd'hui au plan d'alignement. Vous avez créé cette situation impossible dans laquelle se trouvent tous les conseillers qui doivent décider aujourd'hui. C’est à la majorité, qui a géré seule ce dossier depuis le début, en tenant soigneusement l’opposition comme les citoyens à l’écart, d’assumer pleinement les conséquences des choix des options qu’elle a prises et quelle prendra encore aujourd’hui."






jeudi 21 avril 2016

Elargissement de l'Escaut au prochain conseil communal de ce 25 avril

Après avoir consulté de nombreux intervenants de ce dossier, les écologistes se sont réunis hier soir en assemblée régionale picarde.

Les apports de militants de toute la Wallonie picarde ont enrichi le débat dans ce dossier sensible pour les Tournaisiens.

Les écologistes tournaisiens et picards ont décide de ne pas prendre une position publique avant le conseil communal de ce 25 avril.

Si, pour ECOLO, la démocratie participative et le débat des militants sont importants , la démocratie représentative et la responsabilité des mandataires reste une valeur essentielle en démocratie.

Ce sont les conseillers communaux tournaisiens qui porteront donc la position écologiste lors du débat public ce 25 avril.

Rendez-vous lundi prochain au conseil communal !


mercredi 23 mars 2016

Bruxelles hier ...

Bruxelles d'habitude si gaie, si insouciante ne ressemblait pas à Bruxelles.
On savait qu'il se passait quelque chose même si cela restait flou.
Mais ces sirènes qui hurlaient, de partout, comme on hurle à la mort.
Ces hélicos  qui tournaient au-dessus de nos têtes, comme s'ils nous traquaient.
Dans la rue, en sortant du WTC, je pensais à nos vies,  suspendues à un fil.
Ma fille, passant à cette station maudite, à quelques minutes du désastre.
Ces gens que je croisais et qui allaient peut-être apprendre une terrible nouvelle.
Nos vies comme des loteries, aujourd'hui je tire un bon numéro. Demain, peut-être, ce sera un mauvais.
Mes pas m'ont amenée devant le centre de la Croix-Rouge, là où résident des familles syriennes, iraquiennes, en attente d'asile.  Ils étaient là  sur le trottoir, hébétés comme moi,  par ce qui se passait.
J'ai compris, en croisant leur regard, qu'ils revivaient leur cauchemar.
 Eux, qui conduisaient leurs enfants à l'école et ne savaient pas s'ils les reverraient le soir quand ils étaient dans leur pays.
Eux, dont les vies étaient bombardées sans relâche depuis tant d'années et qui cherchaient la paix à Bruxelles.
Égoïstement, j'ai repris le chemin vers ma vie. Les miens sont préservés aujourd'hui.


J'ai repris le train à la Gare du Nord quand tout s'est remis en route.
Dans ce chaos, je tire mon chapeau à cette SNCB qu'on doit critiquer parfois pour son manque de sérieux .
Hier, tout était bien organisé dans la dignité et  le calme.
J'ai rejoint Tournai avec cette impression étrange d'avoir échappé à un piège.
Je laissais Bruxelles en lambeaux.
Les sirènes s'étaient tues mais le silence était encore plus assourdissant que leur bruit.

samedi 27 février 2016

Rencontres entre femmes d'ici et d'ailleurs à Tournai


Plusieurs fois déjà , un collectif d'associations de femmes tournaisiennes a mis sur pied des projets dans le cadre de la  "journée internationale des femmes".

Cette année, le collectif formé du mouvement "femmes solidaires contre la violence", femmes prévoyantes socialistes, femmes ECOLO et Garance, a renouvelé l'initiative pour la plus grande joie de toutes.

Cette année, nous mettrons l'accent sur la rencontre, la fête, la convivialité entre femmes d'ici et femmes d'ailleurs.

Nous avons invité Hadja Labib, journaliste de la RTBF mais aussi réalisatrice de films documentaires de grande qualité sur les femmes.

 Le documentaire "Patience, patience, t'iras au paradis" retrace le parcours de femmes immigrées  arrivées en Belgique depuis plusieurs dizaines d'années, dont la maman de la réalisatrice.  Le film est touchant, rempli de notes d'humour.

Il permettra ensuite l'échange entre femmes car la soirée est réservée aux femmes !

Attention, cette soirée aura lieu lundi 14 mars et non le 8 mars, journée internationale des femmes !

Nous sommes toutes de quelque part. Nous avons toutes quitté un jour notre village, notre région, notre pays, notre continent pour un "ailleurs meilleur".   Une soirée riche d'échanges en perspective !