lundi 30 juillet 2018

A Marie-Ange Beaucarne, militante ECOLO de longue date

Hommage à Marie-Ange!
Non, pas de mot pompeux, tu m'en voudrais !
Tu en souris déjà là où tu es Marie-Ange ! Avant de faire éclater ton rire qui fait tant de bien!
Pour ECOLO Tournai, tu resteras une de nos pionnières.
J'ai fait ta connaissance  lors de la campagne électorale de 1982, où une première élue ECOLO a été fêtée dignement, Suzanne Van Rockeghem!
Ton harmonica faisait des merveilles pour animer nos petites ou nos grandes victoires!
Toi, qui préférais  les actions de terrain aux réunions longues et ennuyeuses !
Tu croquais la vie à l'allure de ton vélo, fidèle compagnon de lutte, d'une militante de la "vélorution".
Adossé à la façade de ta maison, il se repose sous le soleil estival.
Difficile à croire qu'il ne sillonnera plus les rues de la ville en ta compagnie !
Bon repos Marie-Ange, ton sourire ne nous quittera jamais.






jeudi 19 juillet 2018

Voter, un acte citoyen crucial en démocratie!


Les élections approchent . Il est primordial que les conditions soient réunies pour exercer ce droit dans les meilleures conditions !




 Bon à savoir!

Si vous habitez dans une commune wallonne ou à Bruxelles mais n'avez pas la nationalité belge, vous pouvez exercer votre droit de vote aux élections communales  sous certaines conditions.
ATTENTION, si c'est la première fois que vous votez dans une commune belge,  vous devez vous inscrire au préalable à l'administration communale avant le 31 juillet 2018.






 Toujours bon à savoir !

 Sur le portail de la région wallonne, vous trouverez des informations utiles :

Comment voter par procuration?


 Comment trouver un moyen de transport adapté si vous avez des difficultés de déplacement et désirez voter vous-même et non par procuration?












Mais, malgré mes recherches sur le site de la Ville de Tournai et de la Région Wallonne, je n'ai pas trouvé à qui s'adresser à Tournai pour obtenir un moyen de transport adapté le 14 octobre.  Je vais 
interpeller le Collège communal pour diffuser cette précieuse information dès que possible !





mardi 3 juillet 2018

Campagne courte et très contrôlée, pour le bien de tou(te)s?

Au conseil communal de ce 25 juin, nous avons voté le règlement sur l'affichage électoral.

Je n'ai pas hésité à soulever le débat sur ce point  qui, d'habitude, passe,  sans aucun commentaire.

Tout d'abord, les panneaux électoraux seront mis à la disposition des candidat(e)s à partir du 19 septembre,  date du dépôt officiel des listes à la commune,  soit  un peu plus de trois semaines  avant la date des élections!

"Avant de disposer les panneaux, il faut connaître le nombre de listes déposées" affirme le Bourgmestre. Je peux comprendre  cet argument, mais cela reste restrictif !

Deuxième élément qui fait débat : l'affichage sur ces panneaux ne pourra avoir lieu qu'entre 8h et 20h, une proposition, qui va à l'encontre de la liberté  des candidat(e)s qui travaillent soit tard le soir ou partent tôt le matin au travail.

A l'issue du débat, le conseil communal, à l'unanimité, a suivi ma proposition d'allonger les heures de collage de 6h le matin à 22h le soir.

Mais coup de théâtre, quelques minutes après ce vote acquis à l'unanimité, le directeur général nous prévient que ce vote sera annulé par la tutelle car c'est le  gouverneur du Hainaut qui a décidé cette mesure drastique  :  Ami(e)s colleur(se)s, soyez donc présent(e)s sur le lieu de votre action dans le créneau horaire de  8h du matin à 20h le soir, si non, des sanctions administratives vous attendent !

 Le gouverneur craint-il des émeutes, des bagarres incontrôlables entre colleurs d'affiche??? Jamais à Tournai, nous n'avons relevé d'actes violents lors des collages d'affiches.  Le gouverneur nous prive d'un peu de folklore bien orchestré entre colleurs "un peu de mauvaise foi" et colleurs trop scrupuleux!   Et,  C'est bien dommage !

Une mesure plus restrictive pose réellement question : le règlement précise qu'il faut l'accord écrit du propriétaire d'un lieu pour y déposer une affiche.  Il est évident, qu'il faut l'accord du propriétaire pour qu'une affiche électorale trône dans un jardin, un champ, ou un terrain privé.

Par contre, un locataire ne pourra  pas  afficher  à sa fenêtre sans  l'accord écrit du propriétaire du bâtiment.  La Ministre De Bue affirme qu'il s'agit d'une loi très ancienne!  Peut-être???.  Mais était-elle réellement appliquée dans les faits?  Aujourd'hui, le règlement communal reprend in extenso cette disposition légale. Comme nul citoyen ne peut ignorer la règle, il sera donc obligatoire qu'un propriétaire, donne un accord préalable au locataire avant tout affichage électoral.




Qui osera encore afficher ses opinions politiques  dans de telles conditions?  Les pressions peuvent toujours se manifester de manière directe ou indirecte si le propriétaire a plutôt tendance à soutenir une autre liste.

Le gouverneur agit pour l'intérêt général, nous dit-on, pour assurer une campagne paisible en toute sécurité pour les citoyen(ne)s électeurs(trices) ou non.

Je  pense plutôt que nous vivons une période d'incertitude où on se rassure par des mesures sécuritaires qui, malheureusement, restreignent la liberté d'opinion et d'expression.  Dommage!


lundi 11 juin 2018

"Demandez le programme" ..... et après?



On va bientôt battre campagne dans nos communes et nos provinces !

Vite, il faut boucler le programme avant la date butoir !  Si non, qu'allons-nous dire aux électeur(trice)s ? 







A ECOLO, nous avons construit ce programme depuis un an,  en recueillant les priorités des citoyen(ne)s lors de réunions et en organisant des groupes de travail ouverts à tou(te)s pour notre projet "Tournai vert le futur" !






Mais cela sert à quoi? Le programme? l'élection? la démocratie représentative?





L'analyse que présente Vincent de Coorebyter, professeur de philosophie,  fin connaisseur de la vie politique,  secoue les  convictions sur le mandat politique!




"il n'y a ni mandat, ni représentation dans notre système de démocratie indirecte.  Quand nous votons, nous émettons un choix pour une personne ou un parti, qui est comptabilisé à l'égal des autres choix. Mais le vote est un acte muet : il se réduit à cocher une case et ne donne aucune indication aux responsables que nous avons choisis- à telle enseigne que si nous voulions y indiquer un message, avant de glisser notre bulletin dans l'urne, celui-ci serait annulé-"

Le professeur insiste :

"lel(a) citoyen(ne) chosit tel(le) candidat(e) ou tel parti sur base de ses promesses ou de son programme, il estime avoir donné un mandat à l'élu d'agir conformément aux intentions qu'il a affichées mais le système politique est organisé en toute conscience pour que les élus ne soient pas liés par leurs engagements.
Les constitutions des pays démocratiques  consacrent l'indépendance des élus, leur droit à décider en toute liberté,
Il n'y a pas de possibilité pour les électeurs d'imposer une mission à leurs représentants"

Vous êtes découragé(e) en lisant cela?  Vous qui comparez attentivement les programmes des partis avant de poser votre crayon sur le bulletin.  Encore un peu, et vous décideriez de ne pas aller voter!

Je vous comprends mais poursuivez quand même la lecture car elle va bien plus loin encore et redonne espoir !


Le philosophe continue de nous bousculer :

 "Cette indépendance des élus est nécessaire pour que les responsables politiques visent l'intérêt supérieur de la nation et non la satisfaction des attentes catégorielles des électeurs" 

Et le programme, dans tout cela?

Et bien, selon le philosophe, il est utile pour permettre aux électeur(trice)s de faire des choix, de dialoguer avec leurs  futurs représentant(e)s.

Mais, attention, l'élu, même s'il a un programme et veut s'y conformer, ne détient pas un mandat absolu qui lui permet de faire n'importe quoi sous prétexte qu'on l'a choisi ! Les citoyen(ne)s ont toujours le droit de contester les décisions prises par les élus.

Mr de Coorebyter prend un exemple actuel.
Le président français,.Emmanuel Macron, se dit légitime de prendre telle ou telle décision contestée par la rue comme anti-sociale, sous prétexte qu'il avait annoncé ses futurs choix lors de sa campagne.

Mais Mr Macron ne sait pas quelle partie de son programme a motivé le choix de tel ou tel électeur et quelle partie du programme il rejetterait.  Ceux qui l'ont choisi, et les autres à fortiori,  ont donc le droit démocratique total de contester toutes les décisions qu'il met en oeuvre!

C'est une force de nos démocraties! Même si on choisit quelqu'un pour prendre des décisions, celui-ci  doit toujours pouvoir justifier les décisions prises et celles-ci peuvent toujours être contestées par les citoyen(ne)s!

A l'heure où on "se fait traiter " de populiste, pour un oui ou un non, si nos propos dérangent , le philosophe apporte un éclairage bien différent sur la notion de populisme  :

"Certains élus tirent de l'idée de mandat un droit inconditionnel  d'agir comme ils l'entendent, assurés qu'ils sont d'incarner la volonté populaire puisqu'ils ont été élus. C'est la voie empruntée par les populistes qui peut transformer l'élection en tyrannie".


A l'approche d'un scrutin local et un peu plus tard d'un scrutin national et européen, je trouve que cette analyse décoiffante nous fait du bien à tou(tes, futurs électeurs (trices) et peut-être futur(e)s élu(e)s !









 

lundi 21 mai 2018

ECOLO Tournai présente sa liste pour les prochaines élections...


Dans un lieu symbolique :

La plaine des manoeuvres,  page blanche (plutôt verte!) à écrire pour le futur de notre ville!

L'ancienne plaine des manoeuvres,  c'est déjà un parking, des  constructions, des terrains de sport mais il reste encore des hectares de nature, si précieux  aux abords d'une ville.

Alors, au lieu de penser à remplir à tout prix cet espace "vide" par de nouvelles constructions, de nouveaux parkings, il est temps de réfléchir avec les habitant(e)s du quartier, du centre- ville et des villages aux alentours au futur de cette immense plaine verte.

Dans le passé, plusieurs projets ont été présentés,  mais n'ont jamais été pris en compte par le propriétaire des lieux, la commune de Tournai.

En présence d'une école d'architecture et d'une école d'horticulture, Tournai a tous les atouts pour réaliser en co-construction avec ses citoyen(ne)s  un espace vert ouvert à tous, enfants, jeunes, sportifs, personnes âgées, familles, riverains, ....

Des citoyen(ne)s regroupés en collectif et des riverains se sont mis en route pour "débroussailler" le terrain, alors, ECOLO, par sa présence samedi sur la plaine, affirme haut et fort son soutien à cette initiative.


 




jeudi 3 mai 2018

Espoir pour une liason cyclable tant attendue !

Les cyclistes en rêvent depuis longtemps! La commission cycliste de Tournai a exploré son tracé à plusieurs reprises et a exigé de la  Ville de Tournai qu'elle fasse le maximum pour maintenir en état le tracé de la ligne de chemin de fer 88A (= entre Ere et la gare de Tournai en passant par la passerelle d'Allain au-dessus de l'Escaut ) afin de l'incorporer au réseau RAVEL

Un article paru récemment dans la presse régionale m' a fait bondir. On pouvait y lire :

 
"la SNCB envisage la démolition prochaine la passerelle d'Allain pour des raisons de sécurité , la Région Wallonne et la Ville de Tournai,en effet, ne se sont pas montrées intéressées pour poursuivre le RAVEL de la ligne 88A jusqu'à Chercq ?"

 J'ai donc interpellé le Collège communal ce mercredi 2 mai lors du conseil communal.

Pour cyclistes,piétons, c'est un projet majeur : cette liaison cyclable qui emprunte la passerelle d'Allain est le chaînon manquant d'un réseau sécurisé  pour cyclistes quotidiens vers la gare ou le centre-ville. C'est aussi une opportunité touristique à saisir : un maillage de balades bucoliques autour de Tournai, le long de l'Escaut,  vers la piscine de l'Orient, vers les villages de Ere et Willemeau.

Savez-vous que ce parcours RAVEL qui emprunte l'ancienne ligne de chemin de fer 88A peut nous mener jusqu'à Rumes, moyennant quelques aménagements sur le parcours.

L'échevin de la mobilité n'a apporté aucun espoir, dans sa réponse ce mercredi soir, évoquant le coût trop élevé de la réhabilitation des passerelles et ponts sur ce parcours. 
C'est toujours trop cher pour la mobilité douce à Tournai ! 

Par contre, d'autres dépenses n'ont pas de prix à ses yeux : savez-vous que, durant ce même conseil, l'échevin a proposé à nous tous, Tournaisiennes et Tournaisiens  de consacrer  400 000 euros d'argent public pour réparer les malfaçons dans le quartier cathédral ! 

Mais l'espoir est revenu par les propos du député fédéral, Paul-Olivier Delannois a fait une proposition constructive à la SNCB afin que celle-ci ne détruise pas la passerelle d'Allain dont le coût s'élèverait à 250 000 euros ! Il lui propose de réinvestir la somme épargnée en consolidant la passerelle actuelle et les autres passerelles sur ce parcours afin de permettre le passage de vélos et piétons.

Avant mon interpellation, j'avais consulté des ingénieurs en construction  et ils confirment les propos du Bourgmestre faisant fonction : cette passerelle ancienne et rouillée peut très bien être réhabilitée pour accepter des flux de piétons et cyclistes !

L'espoir renaît, amis piétons, cyclistes!  Pour qu'il puisse se concrétiser, je vous invite toutes et tous, à poursuivre vos rêves de RAVEL en maintenant  la pression  sur les différents acteurs qui ont prise sur ce projet (Collège communal, SNCB, Région wallonne...)

samedi 28 avril 2018

Grève du personnel chez LIDL : je soutiens

 Comme une trainée de poudre : la grève commence doucement  dans 3 ou 4 magasins et se répand dans 50 et puis 150 magasins en fin de cette semaine .

Un personnel qui en a assez d'être lessivé, essoré dans la machine d'un capitalisme inhumain. Un personnel qui a débrayé spontanément, rejoint ensuite et soutenu par les syndicats au nord comme au sud du pays.

Des personnes épuisées par une cadence infernale de travail : faire toujours plus en moins de temps "être à la fois au four et au moulin", traduisez à la caisse et à la cuisson du pain ou à la découpe de viande. Pourtant, les syndicats confirment qu'ils avaient tiré la sonnette d'alarme depuis plusieurs mois mais n'ont pas été entendus par leur direction.

A qui la faute?  Cette situation est emblématique de l'évolution vers un capitalisme sauvage.
Son objectif est d'augmenter les bénéfices au profit des actionnaires.


Or, le chiffre d'affaires dans les grandes surfaces de l'alimentaire ne progresse plus, selon les études réalisées par COMEOS,  la fédération du commerce en Belgique.

Et  les enseignes se livrent une concurrence effrénée pour "manger la part du voisin"!

Dans ce monde de concurrence impitoyable, c'est toujours  le personnel qui trinque, " la variable d'ajustement" dans le langage cru de l'économiste ! Pour pouvoir distribuer un bénéfice toujours plus élevé aux actionnaires, il faut "comprimer les charges", c'est-à-dire, diminuer ou au mieux geler les salaires qui sont déjà si bas dans ce secteur mais aussi diminuer le nombre de travailleurs dans les établissements et donc la pression sur ceux qui restent.

En tant qu'écologiste, je soutiens le mouvement de ces travailleurs mais aussi le mouvement suivi par ECOLO, qui dénonce l'agrandissement de centres commerciaux en-dehors des centres-ville, comme aux Bastions à Tournai.

Il y a un lien très fort entre ces deux combats : d'un côté,  des travailleurs de grandes surfaces considérés comme " des variables"  et non des humains et de l'autre des petits commerçants, qui apportent une dimension humaine, un véritable sens à l'activité économique.  Tout n'est pas rose pour les petits commerçants, pour les artisans, les artistes qui veulent travailler comme indépendants, certainement pas . Mais ils ont un projet économique ET humain. La grande distribution, elle, écrase les petits producteurs partout dans le monde pour écraser ses prix et  ses concurrents et "jette ses salariés"quand ils entravent son objectif  de rentabilité.

En soutenant les petits commerçants dans nos achats de tous les jours, nous soutenons  des gens qui ont un emploi et des gens qui peuvent créer des emplois durables s'ils sont soutenus durablement!








A Marie-Ange Beaucarne, militante ECOLO de longue date

Hommage à Marie-Ange! Non, pas de mot pompeux, tu m'en voudrais ! Tu en souris déjà là où tu es Marie-Ange ! Avant de faire éclater to...