samedi 29 avril 2017

A nos amis de France

 

Place à l'espoir

 

Au moment de se diriger vers l'été, après ces vacances de printemps trop vite passées, on ne peut que prendre un peu de recul sur ce monde qui tourne trop vite et malheureusement pas trop bien.

Pour preuve, la présence de Marine Le Pen au second tour des présidentielles françaises – difficile de ne pas en parler ces jours-ci. Plus que le fait lui-même, c'est la forme d'acceptation résignée qui entoure sa présence qui interpelle. A Madame Le Pen, il faut reconnaître une grande maestria à avoir « normalisé » la présence d'un parti d'extrême droite aux idées excluantes et aux propos racistes dans le chaos français.

Pour autant, l'indignation de 2002, comme celle de 1991 lors du succès du Vlaamse Block chez nous, est plus que jamais indispensable. Certes, la peur de l'autre s'est répandue, nourrie par les attentats à répétition. Mais le refus de « l'autre » et son exclusion ne sont en rien des solutions .

Nous, écologistes, voulons promouvoir une société ouverte, solidaire et fraternelle capable d'engendrer un avenir désirable. Les succès électoraux de nos partis frères en Autriche et en Hollande montrent que ce projet est fort et pertinent face à celui de l'extrême droite. Gageons que nos voisins français feront barrage à ce dernier avant de reprendre leurs combats pour des idées et des projets porteurs de progrès.

L'espoir, le vrai, n'est pas dans le repli à la Trump ou à la Le Pen. Celui-là n'est qu'une dangereuse illusion. Le saut dans un gouffre sans fin de haine. Ce n'est pas en ignorant les souffrances vécues par celles et ceux qui sont victimes depuis des années de la dérégulation économique et de la régression des protections sociales, ou en niant les périls écologiques qui se matérialisent (chute des nappes phréatiques ces dernières semaines) qu'on construira le renouveau démocratique nécessaire. Le déni n'est pas porteur de projet !
 
Zakia Kattabi et Patrick Dupriez co-présidents ECOLO 

lundi 24 avril 2017

Politique ou citoyen, quelle différence?

Même si le terrain politique est devenu glissant pour certains mandataires déviants,  les rendez-vous électoraux restent de grands moments de démocratie.  Les projets des candidats et candidates s'affrontent comme aujourd'hui en France.  En définitive,  ce sont nous tous(tes), citoyens et citoyennes, qui donnons l'orientation future de la société.




En vue du prochain rendez-vous électoral communal de  2018, les écologistes tournaisiens se mettent en marche pour défendre leur projet et présenter candidates et candidats qui le porteront. Voilà comment j'ai présenté mon engagement politique devant la presse :




Si des citoyens(es) s'engagent en politique, j'encouragerai toujours leur démarche que ce soit au sein du parti politique que j'ai choisi ou d'un autre parti ou mouvement politique démocratique.

La politique a besoin de renouvellement : de nouvelles têtes pour défendre de nouvelles idées et animer le débat politique, des personnes courageuses, prêtes à donner de leur temps, de leur énergie au service d'un projet démocratique.

Par contre, je ne partage pas du tout la vision caricaturale développée par ceux et celles qui veulent créer "des listes citoyennes".  Ils ne font que renforcer l'impression qu'en politique, "il y a les bons et les méchants" , "les purs et les corrompus".

Ce n'est pas honteux de choisir l'engagement politique, de se présenter devant les électeurs(trices) et défendre le projet qu'on veut porter lorsqu'on est élu.

Quand on choisit cet engagement, on le fait dans un parti politique existant ou dans un nouveau mouvement politique qu'on construit avec d'autres citoyen(ne)s. Mais c'est un vrai mouvement politique, pas un mouvement associatif ou citoyen.  Appelons un chat un chat!







mercredi 5 avril 2017

Ruinons les plans de Monsanto

Il y a quelques mois déjà que Bayer et Monsanto ont convolé en juste noces !


  Leur lune de miel pourrait se terminer en cauchemar mais pour eux  seulement!  Car pour nos enfants et nos petits-enfants, ce serait la promesse d'une terre plus vivable!

Sauvons notre terre des produits dangereux de Bayer- Monsanto!

Aujourd'hui, nous pouvons le faire !








Comme moi, n'hésitez pas, signez  cette pétition


Si un million de citoyens européens signent cette pétition officielle, l’ingrédient actif préféré de Monsanto, le glyphosate, pourrait être mis définitivement hors-jeu !

On a presque dépassé les 600.000 signataires, chaque voix est cruciale pour atteindre notre but ultime: interdire le pesticide préféré de Monsanto.