samedi 12 juin 2010

5 minutes pour boucler la boucle


2010, année européenne de lutte contre la pauvreté, tel est le thème que j'ai mis en exergue en présentant mon engagement politique sur la liste ECOLO du Sénat.

En ce dernier jour de campagne électorale, je reviens sur ce scandale du 21e siècle: de plus en plus de personnes en Belgique et dans le monde vivent sous le seuil de pauvreté alors que nous gaspillons de plus en plus d'eau, de nourriture, que l'argent facile coule à flots pour certains privilégiés.

Quelques chiffres : En Belgique 15% des habitants vivent en-dessous du seuil de pauvreté (estimé à 878€ pour un isolé) : 11% en Flandre, 19% en Wallonie, 30% à Bruxelles. Un(e) Belge sur cinq doit vivre avec une pension inférieure au seuil de pauvreté.

Ecolo en Groen! zijn op de zelfde golflengte : de kleine pensioenen en de sociale uitkeringen moeten stijgen totdat zij boven de armoedegrens liggen. De pensioenen moeten aan de welvaart gebonden worden.

On entend souvent que les allocations sociales, aussi élevées que les salaires les plus bas, n'encouragent pas les chômeurs ou minimexés à chercher un emploi.

La propostion d'ECOLO et Groen! d'augmenter les allocations sociales vise-t-elle à décourager les sans-emplois à chercher un job?

NON, NEEN, c'est totalement faux. Tout d'abord, les salaires les plus bas doivent être rehaussés notamment par une diminution de l'impôt et des charges sociales sur cette catégorie de revenus.

De plus , jouir d'un revenu suffisant pour vivre et nourrir sa famille fait partie des droits fondamentaux des hommes et des femmes. Ce droit est reconnu par la constitution belge, tout comme le droit d'avoir un toit pour se loger d'ailleurs.

Mais, une analyse plus fine de la situation de pauvreté nous permet de bannir cette vieille fausse bonne idée : donnons un revenu insuffisant aux personnes à la dérive afin qu'elles aient le courage de se bouger pour trouver un emploi salarié ou s'installer comme indépendant.

Les partisans de l'abbé Pierre défendent cette idée pertinente qu'il faut un logis, un revenu suffisant avant de se construire un projet de vie, pour sortir de la misère et l'isolement.

C'est compréhensible : si tous les jours, vous vous demandez : Où trouver la nourriture pour faire manger ma famille demain?. Comment vais-je payer les repas de mes enfants à l'école? Comment allons-nous payer le loyer ce mois-ci afin d'éviter l'expulsion?, vous n'aurez même pas le temps de penser à trouver une formation, un job qui amélioreront votre quotidien à long terme.

La boucle est presque bouclée : en donnant un revenu suffisant à tous les Belges qui vivent sous le seuil de pauvreté et en rehaussant les salaires les plus bas, nous aiderons 20%, voire 25% des habitants de ce pays à vivre mieux. Pour ce faire, il faudra accepter que les hauts revenus du travail mais aussi immobiliers et mobiliers contribuent plus au budget de l'Etat dans sa lutte contre la pauvreté.

Si plus de gens sont dans la capacité de trouver un job, ils apporteront aussi plus de richesse au pays, leurs enfants seront mieux intégrés à l'école et notre société dans son ensemble vivra mieux.

Misschien bent u er nog niet van overtuigd? We kunnen toch samen, in dat land, zo'n politiek te proberen. La lutte contre la pauvreté ne coûte pas plus cher que le sauvetage des banques. Il suffit de croire que ses effets sont aussi importants pour la prospérité du pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire