mercredi 9 octobre 2013

Monsanto, Non Merci



Je participerai à l'action contre Monsanto qui se déroulera à Tournai comme dans beaucoup d'autres endroits sur la planète ce 12 octobre.

Pourquoi?  Parce que cette multinationale représente tout ce que je combats comme force obscure du 21è siècle.

Ce géant de la production de semences, de produits phytosanitaires développe un capitalisme sauvage, au-dessus de toute considération éthique et se place avec arrogance au-dessus des lois créées par les Etats.



Extrait de Wikipédia sur Monsanto  :



"Monsanto est l'objet de critiques régulières concernant sa vente à l'armée américaine dans les années 1970 de l'agent orange, à l'origine de graves maladies et de la naissance de 150 000 enfants au Viêt Nam souffrant de sévères malformations57.
Il est également reproché à Monsanto par les anti-OGM la commercialisation d'OGM agricoles, suspectés de nuire à l'environnement et d'être nocifs pour la santé humaine58. En décembre 2009, le International Journal of Biological Sciences a ainsi publié une étude dirigée par Gilles-Eric Séralini concluant à la toxicité de trois maïs transgéniques approuvés pour la consommation humaine en Europe et aux États-Unis59.
Monsanto a aussi été condamnée pour publicité mensongère concernant son produit Roundup présenté abusivement comme biodégradable60.
Monsanto fait aussi l'objet de critiques concernant la commercialisation d'hormone de croissance bovine61. On lui reproche l'effet indirect et pervers impliqué par cette hormone. Celle-ci, en augmentant la production de lait de 15 %, entraîne l'inflammation des pis et une augmentation du taux de globules blancs (pus) dans le lait. Les vaches doivent alors être traitées en permanence avec des antibiotiques qui se retrouvent finalement dans le lait vendu pour la consommation.
Monsanto et de nombreux gouvernements sont accusés par plusieurs associations d'avoir dissimulé et falsifié les résultats d'études épidémiologiques qui montreraient la toxicité de la dioxine62,63.
Monsanto a enfin été beaucoup attaquée pour avoir en sa possession une technologie dite « terminator » qui rend stériles les graines de seconde génération des semences OGM, et qui pourrait être utilisée par Monsanto (ou sous licence par d’autres entreprises de biotechnologies) pour limiter le « piratage » de leurs semences brevetées, en particulier dans les pays qui ne respectent pas le principe de propriété intellectuelle. À la suite de ces débats et pressions, Monsanto s’est engagée en 1999 à ne pas utiliser cette technologie dans les années à venir tout en continuant à travailler à des solutions de ce type et à déposer des brevets64. Ces questions rentrent dans le cadre plus général des débats autour de la brevetabilité du vivant."



Rejoignez-nous, c'est l'avenir de nos enfants sur la planète que nous défendons.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire