jeudi 22 novembre 2012

Savez-vous combien les écologistes tournaisiens ont dépensé pour la campagne électorale?

Comme toutes les formations politiques qui se sont présentées lors du scrutin du 14 octobre dernier, ECOLO a déposé au greffe du Tribunal de Tournai la liste des dépenses électorales réalisées (avec justificatifs à l'appui )

La loi prévoit qu'une liste peut dépenser 56000€ pour sa campagne dans une  ville de la grandeur de Tournai. Chaque candidat(e) peut y ajouter des dépenses personnelles d'un montant maximum de 4000€.

Nous sommes loin d'approcher ce montant maximum et en sommes très fiers en cette période où beaucoup de nos concitoyens ont du mal à vivre.

Tout d'abord, aucun(e) candidat(e) ne pratique de dépense personnelle : nous estimons, à ECOLO, que nous défendons un seul programme et une liste dans son ensemble:  la campagne est donc une action collective prise en charge par le parti.

A Tournai, nous avons dépensé 13 400€ pour l'ensemble de nos actions de campagne. Nous avons privilégié l'impression de tracts et affiches chez des imprimeurs locaux.  C'est un peu plus cher mais c'est un moyen de soutenir les artisans locaux.

Nos ressources proviennent pour moitié d'une dotation du parti (6700€) et pour moitié de la caisse locale d'ECOLO (6700€).   Celle-ci est essentiellement constituée par les rétrocessions des mandataires communaux sur leurs jetons de présence et d'actions menées par les membres.

Des comptes simples, que nous mettons à la disposition de tout citoyen(ne) qui désire les contrôler.

Au  pouvoir ou dans l'opposition, la transparence est essentielle pour une saine gouvernance.  Nous invitons nos collègues des autres listes à en faire de même.

2 commentaires:

  1. "Au pouvoir ou dans l'opposition, la transparence est essentielle pour une saine gouvernance. Nous invitons nos collègues des autres listes à en faire de même."
    Bien vu!!
    Qui répondra à votre invitation ?

    RépondreSupprimer
  2. Ca c'est un bon sujet d'investigation pour nos journalistes locaux ! combien ça coûte à la collectivité ?
    Mais nos journalistes locaux sont sans doute bien trop occupés à cirer les pompes de qui on sait ...
    L Honorez

    RépondreSupprimer