mercredi 28 octobre 2015

La consultation populaire, le soleil en plus !

Depuis ce soir  du 27 avril où j'ai proposé au conseil communal d'organiser une consultation populaire à Tournai, j'avoue que j'ai eu quelques moments de doute.

"Peut-on mobiliser les citoyens sur un dossier de patrimoine alors que les problèmes sociaux sont aussi criants dans notre ville?"

"Peut-on mobiliser les habitants ruraux sur un sujet qui concerne surtout la Ville?"

"Peut-on consacrer une somme importante,  mobiliser le personnel communal et les citoyens bénévoles pour quelques personnes qui se déplaceront le 25 octobre pour voter"?


Après avoir voté dimanche, dès 8 heures,  j'ai pu vivre pleinement ce moment inédit à Tournai. J'ai, en effet, accepté le rôle d'assesseur "volontaire" auprès d'une équipe incomplète. "Faut être cohérente", que je me suis dit, il faut  assumer la responsabilité d'un acte que j'ai posé quelques mois plus tôt.

Je suis immédiatement conquise. L'équipe est joyeuse,  traversée aussi par quelques moments de doute quand le "client" tarde à se présenter.

Doutes vite balayés par l'arrivée des prochains votants.  Celles et ceux qui rejoignent le bureau sont fiers de venir donner leur avis, chaleureux, nous remerciant pour  notre dévouement.  Ils partagent aussi notre inquiétude sur les résultats : " Y a pas beaucoup de monde".  Le président connaissant son sujet, rétorque, confiant : "le coup de feu, ce n'est pas encore maintenant".  Puis, nous sommes un peu soulagés, quand nous comprenons que le seuil des 10% est atteint dans notre bureau et dans les bureaux voisins.

Je reste discrète mais mon coeur bat un peu vite. Je me sens poussée des ailes quand on dépasse les 100 votants et qu'on s'approche des 150 votants, soit le seuil des 20% .

Le temps passe, les votant(e)s arrivent toujours aussi concernés, aussi attentifs. L'un d'entre eux apporte un gâteau, "comme je le fais d'habitude  au bureau de vote" nous lance-t-il. 

13 heures sonnent. Le compteur des bulletins se bloque sur 145. Un bon chiffre même si j'avais espéré secrètement  quelques dizaines en plus.

L'équipe se salue, fière du devoir accompli.  On se congratule, on se reverra, c'est sûr, dans un autre bureau comme celui-ci ou par hasard lors d'une sortie à Tournai ou ailleurs. 

Quelques heures plus tard, j'apprends que le seuil est atteint pour le dépouillement,  et qu'en plus un(e) Tournaisien(ne) sur cinq a exprimé son avis,  dans les villages autant qu'en ville.

Et là, je comprends que mon geste, posé ce 27 avril, n'a pas été inutile.  Le doute n'est plus possible.  La démocratie reste décidément un beau projet, le soleil de ce 25 octobre en est le témoin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire