lundi 11 juin 2018

"Demandez le programme" ..... et après?



On va bientôt battre campagne dans nos communes et nos provinces !

Vite, il faut boucler le programme avant la date butoir !  Si non, qu'allons-nous dire aux électeur(trice)s ? 







A ECOLO, nous avons construit ce programme depuis un an,  en recueillant les priorités des citoyen(ne)s lors de réunions et en organisant des groupes de travail ouverts à tou(te)s pour notre projet "Tournai vert le futur" !






Mais cela sert à quoi? Le programme? l'élection? la démocratie représentative?





L'analyse que présente Vincent de Coorebyter, professeur de philosophie,  fin connaisseur de la vie politique,  secoue les  convictions sur le mandat politique!




"il n'y a ni mandat, ni représentation dans notre système de démocratie indirecte.  Quand nous votons, nous émettons un choix pour une personne ou un parti, qui est comptabilisé à l'égal des autres choix. Mais le vote est un acte muet : il se réduit à cocher une case et ne donne aucune indication aux responsables que nous avons choisis- à telle enseigne que si nous voulions y indiquer un message, avant de glisser notre bulletin dans l'urne, celui-ci serait annulé-"

Le professeur insiste :

"lel(a) citoyen(ne) chosit tel(le) candidat(e) ou tel parti sur base de ses promesses ou de son programme, il estime avoir donné un mandat à l'élu d'agir conformément aux intentions qu'il a affichées mais le système politique est organisé en toute conscience pour que les élus ne soient pas liés par leurs engagements.
Les constitutions des pays démocratiques  consacrent l'indépendance des élus, leur droit à décider en toute liberté,
Il n'y a pas de possibilité pour les électeurs d'imposer une mission à leurs représentants"

Vous êtes découragé(e) en lisant cela?  Vous qui comparez attentivement les programmes des partis avant de poser votre crayon sur le bulletin.  Encore un peu, et vous décideriez de ne pas aller voter!

Je vous comprends mais poursuivez quand même la lecture car elle va bien plus loin encore et redonne espoir !


Le philosophe continue de nous bousculer :

 "Cette indépendance des élus est nécessaire pour que les responsables politiques visent l'intérêt supérieur de la nation et non la satisfaction des attentes catégorielles des électeurs" 

Et le programme, dans tout cela?

Et bien, selon le philosophe, il est utile pour permettre aux électeur(trice)s de faire des choix, de dialoguer avec leurs  futurs représentant(e)s.

Mais, attention, l'élu, même s'il a un programme et veut s'y conformer, ne détient pas un mandat absolu qui lui permet de faire n'importe quoi sous prétexte qu'on l'a choisi ! Les citoyen(ne)s ont toujours le droit de contester les décisions prises par les élus.

Mr de Coorebyter prend un exemple actuel.
Le président français,.Emmanuel Macron, se dit légitime de prendre telle ou telle décision contestée par la rue comme anti-sociale, sous prétexte qu'il avait annoncé ses futurs choix lors de sa campagne.

Mais Mr Macron ne sait pas quelle partie de son programme a motivé le choix de tel ou tel électeur et quelle partie du programme il rejetterait.  Ceux qui l'ont choisi, et les autres à fortiori,  ont donc le droit démocratique total de contester toutes les décisions qu'il met en oeuvre!

C'est une force de nos démocraties! Même si on choisit quelqu'un pour prendre des décisions, celui-ci  doit toujours pouvoir justifier les décisions prises et celles-ci peuvent toujours être contestées par les citoyen(ne)s!

A l'heure où on "se fait traiter " de populiste, pour un oui ou un non, si nos propos dérangent , le philosophe apporte un éclairage bien différent sur la notion de populisme  :

"Certains élus tirent de l'idée de mandat un droit inconditionnel  d'agir comme ils l'entendent, assurés qu'ils sont d'incarner la volonté populaire puisqu'ils ont été élus. C'est la voie empruntée par les populistes qui peut transformer l'élection en tyrannie".


A l'approche d'un scrutin local et un peu plus tard d'un scrutin national et européen, je trouve que cette analyse décoiffante nous fait du bien à tou(tes, futurs électeurs (trices) et peut-être futur(e)s élu(e)s !









 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A Marie-Ange Beaucarne, militante ECOLO de longue date

Hommage à Marie-Ange! Non, pas de mot pompeux, tu m'en voudrais ! Tu en souris déjà là où tu es Marie-Ange ! Avant de faire éclater to...