Vote du budget communal hier.. dernière année de la législature

Il était tard ... on était fatigué mais on a bien débattu, un bel échange d'idées.

Jusqu'au dérapage imprévu dans les rangs de la majorité PS-MR ,  un grand moment pour  les amateurs de surréalisme à la belge!

Dommage que le public était clairsemé à cette heure tardive !

Plus sérieux, ECOLO a marqué, par un vote d'abstention, que tout n'était pas à jeter dans ce dernier budget de la majorité : des investissements intéressants, quelques  efforts pour améliorer la gestion grâce à de bons outils informatiques.

Mais nous ne pouvions pas soutenir à fond les choix politiques de la majorité :  plusieurs dépenses nous choquent, des investissements insuffisants  pour la sécurité des piétons et des cyclistes, le manque de soutien au CPAS et associations qui travaillent à l'amélioration du quotidien des jeunes
passage piétons en construction devant les Bastions

Voici mon intervention au nom du groupe ECOLO  :



Budget 2018 : pas de mauvaises surprises ? Mais est-ce suffisant ?....

Le budget ordinaire de la ville a pu atteindre l'équilibre avec difficultés.

Un boni à l'exercice propre de 1,5 millions d'euros et de près de 6 millions avec l'accumulation des bonis antérieurs, cela permet de gérer la ville dans les prochains mois mais qu'en sera-t-il pour les prochaines années ?

L'analyse des dépenses nous montre qu'elles peuvent augmenter, voire exploser à tout moment.
Nous soulignons l'utilisation d'un logiciel qui permet de suivre au plus près les dépenses de personnel durant l'exercice budgétaire. C'est un élément essentiel pour une bonne gestion des ressources humaines. Pour ECOLO, une politique de gestion du personnel est essentielle. Il faut certes maîtriser les coûts mais il faut engager le personnel adéquat pour mener à bien les projets communaux (directeur de ressources humaines, ingénieur pour suivi des travaux, responsable du patrimoine...), ce sont des engagements que nous avons soutenu durant toute la législature.

Nous pensons, par contre, qu'il n'y a pas assez de personnel sur le terrain pour maintenir notre commune propre, entretenir nos chemins dans les villages. Il nous semble important qu'il y ait à nouveau des cantonniers dans chaque village de l'entité. Ces engagements sont indispensables pour le bien-vivre dans nos quartiers et nos villages.

Certaines dépenses prévues nous interpellent :

La commune paie, pour l'implantation de sa bibliothèque communale au Stade Luc Varenne 61 000 euros par an : c'est une augmentation déguisée de la dotation communale au stade de foot en contradiction avec la politique que vous défendiez en début de législature : une dotation gelée à la régie du stade (530 000 euros)
La dépense ne nous choquerait pas si elle s'accompagnait du développement de ce service culturel de base pour tous mais nous en sommes loin : c'est à une baisse importante des rentrées de la bibliothèque qu'on assiste aujourd'hui.

Nous apprenons également qu'une restructuration du paysage des bibliothèques sera bientôt réalisée dans notre commune : disparition de certaines petites bibliothèques, fusion pour d'autres. Les bibliothèques doivent s'adapter aux réalités de notre société mais elles ont un rôle essentiel pour porter la culture là ou vivent les gens. Nous défendons le déploiement de bibliothèques de proximité dont l'offre de service s'adapte aux évolutions technologiques mais dénonçons une politique qui réduise cette offre de proximité dans les quartiers et les villages .

Le subside à l'ASBL Centre Ville s'installe tout en haut du tableau des dépenses en faveur des associations actives sur le terrain communal : nous avons dénoncé cette augmentation lors de la modification budgétaire pour 2017 ; nous restons opposés à ce subside de plus de 300 000 euros à cette association. Non seulement, nous ne voyons pas ses résultats concrets positifs en matière de développement du commerce en centre -ville mais en plus d'autres acteurs redonnent vie au centre-ville, comme vitrine fraîche dans le piétonnier, et font cela sans un euro de soutien communal. De plus, des associations dynamiques qui accompagnent les jeunes en difficultés, qui ont une vraie offre de qualité toute l'année en leur faveur se contentent d'une aide dérisoire : 6000 euros alloués aux maisons de jeunes, et 10 000 pour l'ensemble des organisations de jeunesse.

A Thimougies, la construction de la maison de village est estimée aujourd'hui à 612 000 euros. A chaque présentation, l'estimation budgétaire de ce projet est en hausse. Comment est-ce possible ? Une maison de village à Thimougies reste une bonne initiative dans le cadre du développement rural sachant qu'un tissu associatif y est bien implanté. Mais nous craignons que ce montant élevé ait des conséquences déplorables pour le développement rural dans nos autres villages : la Région Wallonne a accepté de le soutenir à hauteur de 500 000 euros mais ne le fera pas pour tous les villages tournaisiens, qui sont au nombre de 29. Certes, une maison de village n'est pas indispensable dans tous les villages mais on pourrait envisager la rénovation de bâtiments plus modestes, l'aménagement de bâtiments communaux ou privés qui offrirait à la vie associative un toit dans les villages où elle est réelle. Ce montant exorbitant réduit les chances des autres villages d'en disposer également.

L'augmentation de la dotation à IDETA , presqu'un doublement de celle-ci en un an, nous a fortement interpelés, nous l'avons déjà dénoncé. Tournai, en tant que commune phare de l' intercommunale, doit être le moteur de changement de politique économique vers la transition écologique de l'économie et s'opposer à une politique de vente de terrains agricoles au profit de n'importe quel investisseur.

Dans le cadre de cette réflexion écologique , l'achat de véhicules CNG pour remplacer le charroi communal va dans le sens !

La dotation au CPAS est identique à celle de l'année dernière mais est augmentée par une dotation spéciale couvrant l'aide aux réfugiés (44000 euros) et 50 000 euros pour répondre aux demandes de la task force (dont nous découvrirons les recommandations lors du conseil communal prochain). Nous nous réjouissons de ces 2 budgets complémentaires mais restons sceptiques face au gel de la dotation principale décidée par le Collège communal vu le nombre important de personnes en difficultés sociales dans notre ville. Face à cette détresse, nous pensons qu'une politique concertée avec le CPAS et les autres acteurs sociaux doit être renforcée.

Quant aux recettes, nous nous réjouissons que la Ville disposera d'un apport de 200 000 euros du pouvoir fédéral pour mener, avec le CPAS, une réelle politique d' accueil des réfugiés. Il est important d'offrir à ces personnes qui désirent s'installer dans notre ville un accueil digne et leur offrir la possibilité de s'intégrer dans la cité.

Par contre, l'augmentation des recettes liées à la mise en place d'une politique de sanctions administratives communales n'emporte pas notre soutien et vous le savez déjà ! Le développement des sanctions administratives n'a pas amélioré la propreté en ville. Cette politique serait plus efficace si elle s'accompagnait d'actions de sensibilisation afin de développer réellement un autre comportement de ceux qui souillent l'espace public. Quant aux infractions liées au stationnement, elles devraient rester compétence de la police et de la justice . La commune a dû investir pour créer ce service, ces moyens auraient pu être affectés au renforcement de la prévention au niveau communal. Ces sanctions apporteront, d'après vos estimations, plus de 150 000 euros par an Nous craignons que la Ville y trouve une source de revenus comme les autres et oublie de développer une réelle politique préventive qui n'apporte rien à la caisse communale !

Le budget des investissements est dans la continuation des projets déjà présentés : informatisation accrue des services communaux , projet Tournai smart, amélioration du musée des Beaux Arts et d'histoire naturelle, projet Technicité , des projets que nous avons soutenus.

Par contre, nous restons insatisfaits des aménagements cyclables réalisés dans le cadre de Tournai Ville cyclable  : la sécurité des cyclistes et des piétons reste en deçà des espoirs que tout cycliste y avait mis dès son apparition. Les aménagements nouveaux restent insuffisants en matière de sécurité, y compris les derniers aménagements des boulevards devant les Bastions. Or les praticiens de la santé lancent partout un cri d'alarme face à la piètre qualité de l'air dans nos villes et à ses conséquences pour la santé des enfants. Si nous voulons inciter les Tournaisiens à se déplacer à pied ou à vélo, la sécurisation sur les grands axes et dans les points noirs répertoriés à Tournai, devra être renforcée.

ECOLO se réjouit de voir apparaître un montant de 150 000 euros d'honoraires pour la reconstruction de la passerelle de l'Arche, un projet qu'ECOLO appelle de tous ses voeux. Nous voudrions savoir si ce montant couvre les honoraires d'architecte pour le suivi du chantier également ou seulement pour le dessin du projet ?

Nous nous réjouissons aussi que la Ville ait enfin pris en mains le dossier de « sauvetage » du château de Templeuve (300 000 euros prévus en 2018) : pouvez-vous nous préciser si ces 300 000 euros viennent en plus des 500 000 budgétés l'année dernière ?
Nous soutenons également la poursuite de travaux d'entretien indispensables dans les écoles et infrastructures sportives de notre entité.

En conclusion, vous qualifiez ce budget « de prudent » . Vous devrez surtout le rester dans le futur car de mauvaises surprises sont à craindre . La situation sociale peut exiger un renforcement de l'aide au CPAS, la commune restant responsable de tout déficit de cette institution. Des événements inattendus peuvent aussi survenir comme aujourd'hui , les 100 000 euros à décaisser suite à une condamnation de la Ville à des frais de dépollution), la dotation à la zone de police augmentera dès l'année prochaine, d'après les prévisions des responsables de la zone et rien n'est chiffré quant aux frais pour la ville, d'un déménagement éventuel du commissariat. Et surtout, les prévisions en matière de cotisations de responsabilisation pour le paiement futur des pensions, restent alarmantes.

Les prochains gestionnaires de notre cité devront redoubler de prudence tout en présentant des budgets qui reflètent une ambition pour la commune et ses habitants.

Aujourd'hui, c'est un budget prudent avec des accents neufs mais insuffisants, à nos yeux, pour prendre le tournant de la transition écologique que nous attendons.


Marie-Christine LEFEBVRE
groupe ECOLO



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

mes mandats et rémunérations en 2016

Humour mobile tournaisien ...