jeudi 7 juillet 2011

Faut-il être inquiets pour la Belgique?


Ongelooflijk !

C'est le sentiment de la plupart des citoyens belges aujourd'hui.
La NVA a, de nouveau, refusé de s'asseoir à une table de négociations. Elle veut, à tout prix, rester Le chevalier blanc. La NVA a enfourché ce cheval de bataille et ne veut plus en descendre : elle veut être la dernière, la seule formation politique flamande qui défend encore les intérêts du peuple flamand. Mais, en adoptant une telle attitude, elle sort du cadre politique normal en démocratie. Osons le terme, elle devient totalitaire : tout son programme, rien que son programme! Aucun compromis possible. Les dirigeants de la NVA se rapprochent doucement du Vlaams Belang sauf que celui-ci a toujours été mis de côté grâce au cordon sanitaire. En s'enfermant elle-même derrière son cordon "salutaire", la NVA a peut-être perdu sa crédibilité. C'est l'espoir qu'il nous reste pour passer quelques semaines en paix, durant la trêve estivale!

Nous, citoyens, sommes inquiets pour l'avenir du pays et de nos enfants. La note du formateur était courageuse car elle permettait aux formations politiques ayant une idéologie de gauche ou de droite de discuter ensemble . Mais elle faisait aussi froid dans le dos. Adoptant totalement le discours dominant : "austérité, austérité, assainissement".
Parce qu'on a joué et qu'on a perdu. Mais qui a joué? Les banques, les actionnaires, avaient toujours gagné et depuis 3 ans, ils perdent dans le grand casino des marchés financiers. Alors, ce sont les Etats et donc les citoyens qui doivent passer à la caisse. Pour ces raisons, nous devons rester indignés comme le font beaucoup de jeunes partout en Europe.

Reste une éclaircie de taille dans ce ciel chargé : les gouvernements régionaux, communautaires, les communes, les provinces et le gouvernement fédéral en affaires courantes maintiennent notre pays dans une situation stable. On ne le soulignera jamais assez, c'est une prouesse et cela rassure quand même sur l'état de notre démocratie belge.

La situation est grave mais pas désespérée :

Bonnes vacances en Belgique ou ailleurs !

1 commentaire:

  1. Oui c'était un bon compromis, qui selon l'idéologie dominante tapait quand même pas mal sur les petits, mais on pouvait effectivement discuter. Maintenant qui est le plus critiquable la NVA qui finalement reste identique à elle même l'indépendance de la Flandre et rien d'autre, avec Bruxelles comme capitale de la Flandre ou bien le CD&V qui perd l'occasion de se démarquer et de retrouver une crédibilité, je trouve l'attitude de ce dernier parti tout à fait hypocrite et critiquable.
    Catherine Yovel

    RépondreSupprimer