lundi 30 mai 2016

Au tour du pont, dernière ligne droite

Donner du temps au temps, c'est un peu ce que je retiens de ce travail collectif entamé à Tournai depuis 3 mois.

Nous voulons, par ce processus participatif hors du commun, donner un nouveau visage au Pont des Trous et à son environnement.

C'est vrai, j'en conviens, nous avons tourné autour du pont durant de longues heures, sans oser le regarder en face.

C'est vrai,  nous avons travaillé plus avec notre coeur et nos sens qu'avec l'intelligence cartésienne dont sont dotés les humains !

Mais nous avons vécu des moments intenses . Nous avons échangé nos points de vue dans l'écoute et la bienveillance.   Nous avons osé les  jeux de rôle, les jeux de construction autour d'une table pour mieux appréhender comment nous voulons vivre "autour du fleuve et autour du pont".

 Il fallait passer par ces phases pour faire le deuil d'une icône au goût suranné et ouvrir des possibles.

La porte d'eau, le fleuve, la ceinture verte, nous voulons aujourd'hui faire vivre en symbiose ces éléments de notre ville qu'on regardait souvent de loin sans penser à les relier.

Aujourd'hui, les premières esquisses ont été dévoilées par l'auteur de projet et il  faudra terminer ensemble le travail entamé.

Pour ceux et celles qui n'ont pas participé jusqu'à présent au  processus participatif, il est encore temps de nous rejoindre ce 31 mai et ce 7 juin.

S'il est vrai qu'il faut donner du temps au temps pour aboutir à une construction vraiment collective, celui qui nous a été donné est compté et il faut absolument déposer le projet sur la table du ministre Prévôt le 30 juin prochain.

Alors, n'hésitez plus, quittez la rive,  sautez du pont, plongez avec nous, ce projet est le vôtre!





mercredi 11 mai 2016

Entretemps en Arabie Saoudite...



Il faut voir ce reportage !

C'est une réalisation de l'émission Panorama de la VRT, c'est donc en néerlandais et en anglais.

Mêmes pour ceux et celles qui auront des difficultés à comprendre les commentaires, les images parlent aussi d'elles-mêmes.

On y montre le soutien des pays européens, à  ce régime épouvantable.

N'oublions pas que ce pays est un des plus gros clients de nos entreprises belges d'armement.

C'est un reportage dérangeant sur un régime épouvantable du 21e siècle.

lundi 2 mai 2016

Il est revenu dans nos rues du centre-ville....


Comme les hirondelles nous reviennent au printemps ,  le marché est revenu serpenter dans le centre de Tournai ce samedi, veille du 1er mai.

 Un événement important à mes yeux, car c'est un projet que j'ai toujours défendu depuis que je suis conseillère communale.

J'ai toujours combattu la fragmentation des marchés entre Place Crombez, Place de Lille et Grand Place car ces implantations éloignées ne sont pas propices à faire revenir les Tournaisiens dans le centre-ville le samedi matin.

Je sais que certains commerçants craignent de perdre une partie de leur clientèle si on éloigne le marché de leur rue. A la rue Royale, par exemple, certains voient très mal le marché aux légumes quitter la place Crombez.

Je pense sincèrement qu'ils se trompent.  Tout d'abord, parce que se promener de la Grand-Place au Quai Marché aux Poissons en passant par la Rue de Chapeliers, le Piétonnier et la Place Paul Emile Janson, n'empêchera pas les clients fidèles de la Rue Royale de faire quelques pas en plus pour se retrouver sur l'autre rive de l'Escaut.

Mais surtout, parce qu'un marché qui s'étend en centre-ville le samedi matin, fait revenir de manière durable les clients : ils vont flâner d'une rue à l'autre, découvrir des enseignes inconnues, s'asseoir à une terrasse et prendre l'apéro avant de repartir avec les courses du marché.

Beaucoup de Tournaisiens m'ont dit leur nostalgie du marché aux petits animaux le long des quais. C'est vrai, moi aussi, j'aimerais m'y promener en tenant par la main ma petite fille devant les poules, canards et lapins du marché, comme je l'ai fait avec mes enfants.

On me dit qu'il faut voir comment les gens vont réagir à l'extension actuelle du marché dans la rue des Chapeliers et la Place Paul Emile Janson, avant de réfléchir à une autre extension vers la Place St Pierre et les Quais.

En tout cas, ce samedi matin, le marché semblait se plaire dans les rues où il s'installait pour la première fois.  Les gens s'y promenaient calmement, les marchands semblaient sereins. Le fait de concentrer moins d'échoppes sur la Grand-Place a déjà changé l'atmosphère du marché.

Mais comme une hirondelle, seule, ne fait pas le printemps, le marché du centre-ville ne suffira pas pour que le commerce revive vraiment à Tournai. Il y contribuera, c'est certain, si les Tournaisiens y voient le plaisir de revenir faire leurs emplettes tous les samedis en ville.