mardi 22 mai 2012

Dommage pour le village d'Orcq !

Le Collège communal de Tournai a décidé de mettre en vente l'ancienne maison communale d'Orcq et le Conseil Communal a approuvé cette vente malgré l'opposition ferme et argumentée des écologistes.
 Cette maison se trouve au centre du village et est entourée d'un terrain de plusieurs ares.  Elle pouvait jouer un rôle moteur pour animer le village, en mettant des salles et terrains à disposition de la population, des associations du village, bref devenir une véritable maison de village.
 Elle pouvait aussi permettre la création de logements publics au centre du village par l'aménagement d'un ou plusieurs appartements et même la construction d'un ou deux appartements supplémentaires.  Les logements à loyer modéré font cruellement défaut à Tournai.  Il est aussi impératif de lutter contre les ghettos de "pauvres" ou de "riches".  L'occasion était belle de développer une mixité sociale dans ce charmant village d'Orcq, actuellement réduit à une zone résidentielle proche de la ville.

La rénovation de ce bâtiment pouvait faire l'objet d'un chantier d'insertion piloté par le CPAS et Tremplin 2000.
Dommage !  Les habitants d'Orcq perdent un lieu de convivialité qui redonne un sens à vivre au village, à l'heure de la fête des voisins.  Les personnes mal logées perdent un logement à bas prix qui aurait pu les accueillir.

lundi 14 mai 2012

Tous(tes) citoyen(ne)s, tous votant(e)s


Au dernier conseil communal, j'ai insisté auprès du Collège communal pour qu'une information soit diffusée largement aux étrangers résidant à Tournai sur les conditions pour exercer leur droit de vote aux prochaines élections communales. Pour rappel, seuls les Européens et les non-Européens inscrits légalement dans leur commune depuis 5 ans peuvent voter au scrutin communal uniquement.
Ce n'est qu'une facette de la politique d'intégration des personnes étrangères dans la vie de la commune mais celle-ci est essentielle. Quand on réside de manière constante dans un village ou une ville, que les enfants y vont en classe, qu'on participe à la vie citoyenne et qu'on y paie ses impôts, quoi de plus naturel que d'élire également ceux qui vont nous représenter au sein du conseil communal.
Je me souviens quand mon fils résidait temporairement à Delft, aux Pays-Bas, (en tant qu'étudiant durant 6 mois) il avait reçu sa carte d'électeur pour assister à une consultation populaire sur l'aménagement de son quartier. Il était vraiment heureux et fier que le pouvoir communal ait demandé son avis alors qu'il n'était là que pour quelques mois. Alors, vous pensez bien, quand vous vivez à temps plein dans une commune, c'est normal de pouvoir y choisir ses représentants.
A l'heure où des reculs identitaires se font jour partout en Europe parce que les gens sont déboussolés face à la crise, n'ayons pas peur d'affirmer que la démocratie a besoin de la participation et de la voix de tous pour avancer.