dimanche 12 février 2012

Bastions, une galerie sans repos bien mérité...


J'ai été interpellée par la réponse donnée par les gestionnaires des Bastions aux troubles qui ont eu lieu la semaine dernière dans la galerie.

Il est évident qu'on ne peut pas accepter dans une enceinte commerciale, que des passants en agressent d'autres. Il fallait faire sortir les agresseurs et leur interdire l'accès à la galerie. Entrer dans une galerie pour se mettre au chaud est tout à fait normal en cette période hivernale. Toutes les personnes ont le droit d'un peu de chaleur mais l'espace public est à tous et troubler cet espace public doit amener à une sanction et à une réparation.

Mais les gestionnaires des Bastions, en supprimant tous les bancs publics dans leur galerie, sanctionnent tout le monde et non les fauteurs de trouble.

J'ai moi-même eu l'occasion de déambuler dans la galerie avec mes parents qui, par leur âge, ont des difficultés de se déplacer. Tout naturellement, ils attendent sur le banc que mes courses se terminent avant que nous reprenions la route vers la sortie. Combien d'autres personnes âgées et à mobilité réduite n'ont-elles pas cette attitude? Les bancs publics sont un service indispensable à la population au sein d'une galerie commerciale comme dans les rues et les squares. Une ville, seniors admis, ne se conçoit pas sans bancs publics, disposés régulièrement, et spécialement dans les rues commerçantes.