jeudi 23 juillet 2015

Table ronde à Lille, le débat peut c'mincher...



Avoir des amis de l'autre côté de la frontière, c'est souvent très utile pour participer aux débats
citoyens qui concernent l'Eurométropole!  Grâce à la vigilance d'une amie de Baisieux, j'ai pu apporter ma contribution lors du débat de clôture relatif au  REGL (Réseau Express du Grand Lille)



Lors du dernier conseil communal à Tournai, nous avions été alertés par Rudy Demotte, président actuel de l'Eurométropole, de l'absence totale de prise en considération de la liaison Lille-Tournai dans les projets futurs de la Région Nord-Pas-de Calais. Le conseil communal a voté, à l'unanimité, une motion exigeant cette prise en considération.



La ligne ferroviaire Tournai-Lille est déjà bien malmenée actuellement : trop peu de trains aux heures de pointe, trains trop souvent supprimés, tarifs trop élevés....Pourtant, elle a un potentiel de fréquentation très important grâce aux nombreux étudiants qui traversent la frontière pour étudier dans les établissements tournaisiens, aux  travailleurs qui traversent chaque jour la frontière pour rejoindre la Métropole Lilloise.  Ces arguments, je les ai rappelés, haut et fort, lors de cette soirée de débat public organisée par la Commission du Débat Public.  Une opportunité que d'autres élus belges auraient pu saisir également, tant l'enjeu est important si on veut construire une Eurométropole qui tient compte de la vie quotidienne des citoyens.

Le projet défendu par la Région Nord Pas -de Calais privilégie les relations du Nord (Kortrijk) au Sud de la métropole lilloise (Lens-Douai) en négligeant totalement l'axe Est-Ouest. Regardez la carte qui reprend les infrastructures projetées, rien, absolument rien n'est prévu sur la ligne Tournai-Lille.
Où est l'esprit de l'Eurométropole Lille-Kortrijk, Tournai?
  Cet esprit qui souffle  sur les discours creux de politiciens en mal de projets ne parviendra-t-il jamais à donner corps à des réalisations concrètes améliorant la vie quotidienne des citoyens? J'ai rappelé tout cela lors de cette réunion publique, et ces propos ont été appuyés par des citoyens et élus français.  En effet, l' axe ferroviaire vers Tournai dessert également plusieurs communes de la communauté urbaine comme Asq, Baisieux et devrait être relié directement à Villeneuve d'Asq et Lesquin par une infrastructure légère.

Le projet REGL est heureusement loin d'être bouclé.  Les contributions des citoyens, des associations, des entreprises, des étudiants, des élus, des experts, ont été compilées par les responsables de la Commission du débat public. Son Président l'a promis lors de son discours de clôture :  "La Région ne pourra pas ignorer toutes ces contributions de grande qualité ".


Les Tournaisiens ont intérêt à suivre ce projet de près afin de faire entendre leur voix dans les prochains mois!





jeudi 2 juillet 2015

Les Grecs, c'est nous

Kennedy affirmait "ich bin ein Berliner", face à l'absurdité du mur de la honte à Berlin.

Aujourd'hui, la honte est à l'intérieur de l'Europe.   Dénonçons  l'attitude de nos dirigeants européens et du FMI qui enfoncent  un peuple dans la misère tout en martelant les propos de Margaret Thatcher, "there is no alternative", ce qui est faux.

Les peuples européens doivent être aux côtés des Grecs pour dénoncer cette attitude absurde. Car la Grèce reste un laboratoire pour  l'application d'une politique d'austérité à outrance dans toute l'Europe, voire dans le monde.  Après les Grecs, d'autres peuples seront victimes de cette politique absurde.

 Ce pays ne se relèvera jamais  s'il ne sort pas de la spirale de l'endettement et de l'austérité sans fin. De nombreux économistes, même s'ils ne sont pas nécessairement proches de la gauche grecque, estiment que la position du FMI est incompréhensible et surtout incohérente. Il y a un an environ, le FMI admettait qu'il fallait autre chose qu'une austérité à  tout prix car la recette ne marchait pas. Or, c'est ce même FMI qui a, à nouveau, durci sa position la semaine dernière lorsque les négociations avançaient entre l'Union européenne et la Grèce.


Soutenir ce fair deal, c'est dire oui à un accord raisonnable, et marquer son soutien  à un peuple qui souffre