mardi 16 décembre 2014

La mobilité à Tournai

Hier, au conseil communal, le Collège nous a présenté ses intentions en matière de mobilité à Tournai : une place plus confortable "pour les modes doux".  Il a clairement affirmé que nous n'étions plus à l'ère des bonnes intentions mais que le Collège avait une réelle volonté de changement afin d'éviter l'étouffement de la ville par la circulation automobile.

Place aux actes!  Coralie Ladavid, au nom d'ECOLO, a rappelé que le plan de mobilité, voté à l'unanimité du conseil communal en 2004, qui avait pourtant coûté à la ville, était resté dans les tiroirs. Aujourd'hui, nous espérons qu'une dynamique nouvelle va s'enclencher et que toutes ces bonnes intentions ne se dilueront pas à la moindre  opposition.

Hier, lors de ce même conseil communal, j'interrogeais le Collège sur la politique cyclable après avoir lu son communiqué de presse paru le 5 décembre dernier.

A ma grande surprise, j'ai appris que ce communiqué était une petite pub pour rappeler aux Tournaisien(ne)s que la Ville s'occupait de mobilité douce!  En effet, rien de nouveau sous le soleil.  les 475 000 euros dont il est question dans ce communiqué étaient les mêmes que ceux déjà octroyés par le Ministre de la Mobilité du gouvernement précédent, Philippe Henry. Alors, info "ou intox"?  En tout cas, pub gratuite pour le Collège qui met en oeuvre les aménagements prévus dans le plan cyclable plutôt à reculons !  Ces 475 000 euros étaient destinés au  plan cyclable de 2013!  Fallait-il claironner aussi fort en fin 2014 que le plan cyclable 2013 se réaliserait!

J'ai appris aussi que le Collège n'engagerait pas un conseiller en politique cyclable, un élément essentiel  dans la politique  du gouvernement wallon en cette matière.  Manque d'argent est l'argument du Collège en cette matière! Pourtant, il s'agit de créer un emploi, largement subsidié par le plan du gouvernement wallon, et un emploi nécessaire pour que le plan cyclable se déploie réellement à Tournai au vu de la situation actuelle!

Et puis, le Collège nous a quand même rappelé hier soir qu'il avait pu trouver 12 000 euros pour réaliser un socle en béton armé sur la grand place parce qu'il a choisi d'y installer un sapin de 16 mètres!

Mais nous devons rester optimistes, comme l'a si bien dit, Coralie, le plan de mobilité et le plan cyclable sont remplis de bonnes intentions et Tournai entrera donc bientôt dans le 21e siècle après d' autres villes qui ont concrétisé une politique beaucoup plus ambitieuse pour les piétons et les cyclistes.  Wait and see !

lundi 1 décembre 2014

Noël sur la Grand Place de Tournai, subsidié par des fonds destinés au développement rural

Au conseil communal, ce 1er décembre, j'ai mis en évidence cette contradiction dans le partenariat entre la Ville de Tournai et IDETA afin d'animer le centre-ville durant ce mois de décembre.


"Le programme présenté par la Ville pour la période de Noël nous satisfait en partie mais pas totalement. Nous relevons les spectacles pour enfants, , la participation de groupes musicaux et autres ateliers et artistes locaux pour animer notre Ville. Tout cela est très positif et ne coûte pas une fortune à la Ville.
Mais nous sommes beaucoup plus réticents face au projet très coûteux des féeries lumineuses qui sera, en grande partie, payé par des fonds européens destinés au développement rural.  « Une queue de budget » qui s’élève pour IDETA à plus de 120 000 euros destinée à des événements WAPI en développement rural.  Cela nous étonne d’abord qu’IDETA ait laissé une « queue de budget » aussi importante alors que la promotion de la ruralité en Wallonie Picarde devrait rester une priorité.  En admettant que cette queue de budget soit aussi importante, il était possible de mettre en évidence la ruralité lors des fêtes de fin d’année.  Nombre de producteurs locaux de produits de bouche, des artisans, des artistes auraient pu être soutenus par un événement plus durable à Tournai et dans d’autres centres urbains et villages de la région.  Il était possible de monter une opération de partenariat avec nombre d’acteurs de communes voisines, de villages pour mettre en évidence les ressources rurales. Nous aurions ainsi aider des acteurs ruraux  touchés par la crise économique comme beaucoup de nos concitoyens.  Le show laser dans le  centre-ville de Tournai n’aidera pas le développement rural dans notre région. Il ne sera qu’illusion de quelques heures."