jeudi 28 novembre 2013

Le Boulevard des Nerviens (Tournai) : fini les quatre bandes !

Le Ministre Di Antonio, en visite à Tournai, persiste et signe : au Boulevard des Nerviens,  le passage pour piétons traversera 2 bandes de circulation et non 4. Si la ville veut maintenir les 4 bandes de circulation, le passage sera supprimé car il serait source de danger pour les piétons..(voir le Jt de No Télé du 21/11/2013: Tournai - Di Antonio à propos du Bd des Nerviens & du Pont des Trous; commencez le visionnage à 00:30)  Cette prise de position me réjouit car elle conforte les propos que  je tenais quelques jours auparavant devant le conseil communal tournaisien: 
"Lors du passage à l'heure d'hiver en fin octobre, l'Institut pour la sécurité routière a rappelé les dangers encourus par les piétons. En effet, l'heure de pointe du matin et du soir correspond avec la fin ou le début de la nuit, un moment très difficile pour les usagers doux. Les statistiques sont malheureusement dures: le nombre de décès de piétons sur nos routes augmente d'octobre à janvier aux heures de pointe. Je tiens, au nom du groupe ECOLO, à féliciter le Collège pour son courage politique dans la prise de position claire en faveur d'une réduction à deux bandes du Boulevard des Nerviens (...). Mais il reste de nombreux points noirs pour la sécurité des piétons (Boulevard des Combattants, Chaussée de Bruxelles, Chaussée de Douai, Avenue de Maire, etc.) (voir photos ci-dessous)." 
L'Echevin en charge de la sécurité à Tournai, Paul-Olivier Delannois, profitait de mon interpellation pour lancer des propos incendiaires à l'encontre du Service public wallon (SPW). Selon Mr Delannois, le SPW fait preuve d'un manque de concertation.  
 
Passage piétons devant le centre commercial
Les Bastions (Boulevard des Combattants).
Passage piétons devant le Forem (Chaussée de Bruxelles).
Passage piétons (Chaussée de Bruxelles).

Assez de polémiques stériles. Il est urgent que la Ville et le Ministre travaillent de concert et suppriment au plus vite ces points noirs. Vont-ils continuer à se rejeter la balle si un nouvel accident se produit? A qui les victimes s'adresseront-elles? Le Ministre a été clair :  les passages pour piétons sur des chaussées à quatre bandes seront supprimés et remplacés par des passages sécurisés (comme au Boulevard des Nerviens).  "A l'ouvrache" Monsieur le Ministre! Il en reste beaucoup à Tournai... Les Tournaisiens et Tournaisiennes qui empruntent ces passages quotidiennement attendent que vous réalisiez votre promesse..  Un parlementaire ECOLO vous interrogera prochainement sur votre planning en la matière.


mercredi 20 novembre 2013

La Sainte Catherine est bientôt là...




A deux jours de la Sainte Catherine, où tout bois prend racine, venez rencontrer les écologistes tournaisiens au marché ce  samedi 23 novembre, à partir de 9 heures.
 Nous vous offrirons  des plants d’arbres à petits fruits.



Par ce geste symbolique, nous voulons rappeler l'urgence de développer les circuits courts dans notre région et partout en Europe.
Un circuit court, c’est un mode de production et de commercialisation de l’alimentation qui vise à rapprocher le producteur du consommateur. Du champ à l’assiette, de l’étable à la table… Un chemin plus direct avec des plus-values multiples :

> pour l’économie : maintient d’une production locale et diversifiée (agriculture, artisanat…) qui assure un revenu décent au producteur et un juste prix au consommateur ;
> pour la santé : alimentation saine, savoureuse, diversifiée et de qualité ;
> pour l’environnement : impact réduit sur le transport, soutien à la biodiversité ;
> et la convivialité : nouvelles formes de dialogue et de solidarité, transparence, confiance…

Une démarche simple pour de grands effets, aussi facile que de planter cet arbuste dans votre jardin !



mercredi 13 novembre 2013

11 novembre : le passage de témoins

Depuis quelques années déjà à Tournai,  la parole est donnée aux jeunes lors des cérémonies du 11 novembre.

Leur discours donne plus de consistance à cette journée d'hommage. L'appel à la paix et à la démocratie n'est pas réservé aux anciens mais à ceux et celles qui doivent construire la société de demain.

Nous nous lamentons souvent sur la perte  de liens dans la société du 21e siècle. Nous appelons jeunes et vieux à se lancer dans des projets intergénérationnels parfois bien artificiels.


 Sur les lieux de souvenir,  les générations sont unies par ce fil tissé par notre histoire commune.  Pas La Grande Histoire mais celle des hommes et des femmes qui ont souffert et ont cru à une société meilleure. Ce sont nos parents, nos grands-parents, nos arrière grands-parents qui ont vécu les années de guerre en 14-18 et en 40-45.