dimanche 27 octobre 2013

Un dimanche dans les Prés d'Amour....

Suite à l'invitation  lancée par les Cercles de Naturalistes, section de Tournai,  je me suis levée tôt ce dimanche matin.

Pas déçue d'avoir affronté  le vent et le ciel menaçant pour rejoindre Warchin au lieu dit Les Prés d'Amour.  Ici,  la nature a créé un  paradis  pour insectes, oiseaux, amphibiens de la région.

Cette visite renforce ma conviction du rôle fondamental joué par ces zones de nature aux abords des villes.

Le site des Près d'Amour  est particulièrement riche et répertorié de grand intérêt biologique natura 2000.


Il faut  y respecter des règles précises en matière de conservation.  C'est donc important de sensibiliser les agriculteurs à une approche différente de gestion des prairies. A Warchin,  les naturalistes ont le sourire en nous confirmant  qu'il existe une vraie collaboration de leur part.

De plus, ce site a une utilité directe pour les habitants des quartiers voisins en tant que bassin naturel de rétention d'eau.  En période de crues du rieu de Warchin, cette zone humide empêche de grandes quantités d'eau d'aboutir dans les maisons situées en aval.

Après la visite d'une heure environ, c'est le moment de se mettre à l'ouvrage. Il faut retirer les jeunes saules envahissant le site et menaçant sa biodiversité. Avec enthousiasme, les équipes de travail sont formées. Les uns retirent canettes, sacs plastic et autres détritus qui salissent les abords du site. Pour ma part, je rejoins l'équipe de fauchage. Les allées et venues à travers la roselière ne sont pas de tout repos.  C'est une activité sportive idéale pour un dimanche matin au grand air. De plus, on y allie l'utile à l'agréable !



jeudi 17 octobre 2013

Refus de la misère : agir ici et maintenant



Aujourd'hui, c'est la journée internationale de refus de la misère. Il est bon de rappeler que beaucoup de gens vivent dans la précarité même en Belgique, un pays très riche..Il faut agir ici et maintenant pour améliorer les conditions de vie de ceux et celles qui vivent quotidiennement dans des conditions inhumaines












C'est pourquoi au conseil communal de ce lundi 14 octobre, j'ai insisté, au nom d'ECOLO, pour qu'un accueil soit organisé de jour comme de nuit à Tournai pour les personnes sans abri.  Je relayais simplement la demande insistante du Relais Social Urbain  afin d'obtenir une maison d'accueil de jour.

Lors de ce même conseil communal, par la voix de Coralie, ECOLO demande à la Ville et au CPAS de mener une politique conjointe afin d'augmenter le nombre de logements à loyers modérés à Tournai, notamment en intensifiant l'action  de l'Agence Immobilière Sociale et en lui donnant les moyens financiers pour agir. De plus, la Ville et le CPAS doivent utiliser les moyens légaux qui obligent les propriétaires privés à mettre des logements vides sur le marché locatif.

mercredi 9 octobre 2013

Monsanto, Non Merci



Je participerai à l'action contre Monsanto qui se déroulera à Tournai comme dans beaucoup d'autres endroits sur la planète ce 12 octobre.

Pourquoi?  Parce que cette multinationale représente tout ce que je combats comme force obscure du 21è siècle.

Ce géant de la production de semences, de produits phytosanitaires développe un capitalisme sauvage, au-dessus de toute considération éthique et se place avec arrogance au-dessus des lois créées par les Etats.



Extrait de Wikipédia sur Monsanto  :



"Monsanto est l'objet de critiques régulières concernant sa vente à l'armée américaine dans les années 1970 de l'agent orange, à l'origine de graves maladies et de la naissance de 150 000 enfants au Viêt Nam souffrant de sévères malformations57.
Il est également reproché à Monsanto par les anti-OGM la commercialisation d'OGM agricoles, suspectés de nuire à l'environnement et d'être nocifs pour la santé humaine58. En décembre 2009, le International Journal of Biological Sciences a ainsi publié une étude dirigée par Gilles-Eric Séralini concluant à la toxicité de trois maïs transgéniques approuvés pour la consommation humaine en Europe et aux États-Unis59.
Monsanto a aussi été condamnée pour publicité mensongère concernant son produit Roundup présenté abusivement comme biodégradable60.
Monsanto fait aussi l'objet de critiques concernant la commercialisation d'hormone de croissance bovine61. On lui reproche l'effet indirect et pervers impliqué par cette hormone. Celle-ci, en augmentant la production de lait de 15 %, entraîne l'inflammation des pis et une augmentation du taux de globules blancs (pus) dans le lait. Les vaches doivent alors être traitées en permanence avec des antibiotiques qui se retrouvent finalement dans le lait vendu pour la consommation.
Monsanto et de nombreux gouvernements sont accusés par plusieurs associations d'avoir dissimulé et falsifié les résultats d'études épidémiologiques qui montreraient la toxicité de la dioxine62,63.
Monsanto a enfin été beaucoup attaquée pour avoir en sa possession une technologie dite « terminator » qui rend stériles les graines de seconde génération des semences OGM, et qui pourrait être utilisée par Monsanto (ou sous licence par d’autres entreprises de biotechnologies) pour limiter le « piratage » de leurs semences brevetées, en particulier dans les pays qui ne respectent pas le principe de propriété intellectuelle. À la suite de ces débats et pressions, Monsanto s’est engagée en 1999 à ne pas utiliser cette technologie dans les années à venir tout en continuant à travailler à des solutions de ce type et à déposer des brevets64. Ces questions rentrent dans le cadre plus général des débats autour de la brevetabilité du vivant."



Rejoignez-nous, c'est l'avenir de nos enfants sur la planète que nous défendons.





mercredi 2 octobre 2013

Questions à la une - Comment gaspille-t-on l'argent public? (suite et pas fin)

Dans cet article, je vous propose une suite à l’enquête "Comment gaspille-t-on l'argent public?" de l'émission Question à la une de la RTBF (diffusion du 2 octobre 2013) en me centrant sur le cas de Tournai.  

-------------

Faut-il rappeler que les subsides européens constituent l'argent des contribuables européens, et donc, des Tournaisiens également. A Tournai, la majorité communale PS-MR, et par la suite, la majorité communale PS-CDH, ont considéré les subsides européens comme une manne céleste que l'on dépense sans compter. Dans cette logique, il fallait dépenser cet argent à Tournai puisque, si les Tournaisiens ne l'utilisaient pas, cet argent serait de toute manière dépensé ailleurs...
Mais pour quels projets? Ci-dessous, trois exemples de projets destinés à rendre la ville de Tournai plus attrayante... Jugez par vous-même de la bonne gestion de ces subsides!


En 1994, les premiers fonds européens destinés à développer le tourisme à Tournai sont utilisés pour la construction de deux édicules sur l'Esplanade de l'Europe. Leur but était alors d'accueillir les cars de touristes. Le coût de leur construction s'élève à 330 000€.
Ces deux "bâtiments" n'ont jamais été utilisés à cet effet. Ils sont même voués à une démolition prochaine par manque d'entretien!

 Des fonds européens et wallons d'un montant de 600 000€ ont permis  la réalisation du circuit d'interprétation du centre-ville. Ce circuit inclut des totems et des panneaux graphiques. Dans la photo ci-contre, vous pouvez voir quelques panneaux dans le passage de la Grand Place vers le jardin Delannay. Ces panneaux ne sont visiblement pas entretenus.

Des fonds européens et wallons d'un montant de 3 millions ont été dépensés pour rénover le quartier de la Place St Pierre. ECOLO avait dénoncé l'obstination du Collège échevinal dans ce dossier de rénovation: le Collège a choisi comme revêtement de la Place St Pierre un revêtement identique à celui utilisé pour la Grand-Place, à savoir des pavés sciés, alors que ces pavés avaient montré leur fragilité!