samedi 25 août 2012

Donnons notre avis !

L'avenir de la P.A.C.( politique agricole commune), on en parle chez les agriculteurs, dans les milieux politiques, mais cela semble si loin de notre vie quotidienne.  Pourtant, elle a un impact majeur sur la qualité de notre nourriture, sur la sécurité alimentaire ici et dans les pays du sud.

L'Europe demande notre avis!
  
 C'est le moment de prendre 5 minutes pour s'exprimer et donner son aval afin de participer à un panel de consommateurs qui seront invités par le parlement européen à discuter de l'avenir.

http://www.food4.eu/fr/have_your_say.html





jeudi 23 août 2012

Oui, les quais méritent mieux, Monsieur l'Echevin!


Monsieur Leclercq répond à mes critiques relatives aux piquets du Quai Taille-Pierre : le débat démocratique est lancé et je respecte ses propos.

Je suis étonnée quand même de certains éléments de réponse.  "Je rêve d'une liaison de qualité, et ce n'est bien sûr pas de ça dont il s'agit.  Mais combien d'années faudrait-il attendre avant de disposer de l'argent suffisant". Notre ville a été reconnue ville pilote cyclable..et. il faut avancer. répond l'Echevin de la Mobilité.

A cela, je rétorquerai : pourquoi la majorité communale a-t-elle défini  comme tel, le périmètre du quartier cathédral  (voir mon article du  19 août 2012). C'était un choix politique tout simplement.  Mr Dochy me rappelait de manière pertinente que le quartier vivant  de Tournai lors de la construction de la cathédrale était bien le quartier St Piat dont fait partie le Quai Taille-Pierres.

 Si nous étions au Collège communal à l'époque, nous, écologistes,  aurions plaidé pour une réfection des quais dans toute la traversée de Tournai car c'est un lieu  qui compte également pour attirer les touristes.  Ce n'est pas pour rien que des villes comme Douai ou Namur, ou Liège OU ......Gand, Bruges...et d'autres célèbres mettent en valeur les berges de leur fleuve et de leurs canaux au profit des promeneurs et des cyclistes.  L'Europe aurait compris la démarche et aurait financer un projet à haut potentiel touristique.  Voilà un premier moyen pour réaliser une liaison de qualité.

Mais il en existait un autre : mener enfin un projet de rénovation urbaine sur le quartier St Piat. Si je prononce ces mots au prochain conseil communal, mes collègues assis sur le banc des autres partis souriront ou pousseront un petit soupir de lassitude: "Ah, ces Ecolos, y sont encore là avec leur rénovation urbaine".  C'est vrai que nous insistons là-dessus chaque année lors du vote budgétaire et ce  depuis 20 ans  !!
Savez-vous qu'un projet de rénovation urbaine peut amener une subvention importante mais il faut que la Ville mène ce dossier de longue haleine main dans la main avec les habitants du quartier concerné. C'est bien plus contraignant que de commander quelques potelets et de tracer des chevrons pour un montant qui avoisine quand même 70 000€ !

Une autre petite phrase m'interpelle dans la réponse de l'Echevin : "C'est un projet basique, c'est vrai mais ma priorité, c'est de sécuriser la circulation sur les trottoirs. Vous voyez, comme moi, on ne peut pas circuler sur ces trottoirs à pied, à vélo, avec une poussette, et pourtant, ce sont bien des trottoirs!"


En lisant ces propos,  je "bondis de mon vélo" face à pareil aveu de faiblesse!! Mais, Monsieur l'Echevin, Monsieur le Bourgmestre, Que fait la police ?? Comme dans beaucoup d'endroits en ville, on laisse les automobilistes se garer sur les trottoirs.  Et  l'habitude étant prise, tout le monde oublie que ce sont des trottoirs. Et où vont les piétons ?  Sur la voirie, pardi ! Rien de plus normal.

Je conclurai en vous exprimant mes plus vives inquiétudes : va-t-on voir fleurir à Tournai  des potelets sur tous les trottoirs où de mauvaises habitudes de parking ont été prises?  Si vous cherchiez une idée pour créer votre entreprise, là voilà toute trouvée, fabriquez des potelets ! La Ville de Tournai sera un débouché assuré !






dimanche 19 août 2012

Quai Taille-Pierres, zéro pointé ....

Le nouvel aménagement du Quai Taille-Pierre n'est pas digne de Tournai, ville avec un riche patrimoine sur les quais comme ailleurs.  Cette réalisation est  un bricolage qui n'est pratique ni  pour les cyclistes, ni pour les piétons et certainement pas pour les riverains qui doivent garer leur véhicule.

Petit retour dans l'histoire.

La majorité communale a voulu aménager le quai Notre Dame dans le cadre de ce qu'elle appelait l'axe majeur allant de la place de Lille  à l'Escaut, en passant par la Grand Place.  A l'époque déjà, ECOLO dénonçait ce saussissonage des quais, qui méritent un aménagement convenable dans toute la traverséee de Tournai.  Le choix avait été fait par Roger Delcroix et sa majorité d'aménager à grands frais une petite portion de la rive gauche de l'Escaut car  une manne européenne paierait  une  partie de la réalisation. Savez-vous que ces dernières années, la Ville de Tournai a déboursé plus de 50 000€ pour réparer les dégâts dus aux actes de vandalisme sur le Quai Notre Dame.  Vous me direz, c'est normal que la Ville répare, c'est vrai.  Mais les éclairages de couleur, la rembarde en plastic, ce sont des réalisations "gadgets" et la Ville ne peut pas transformer cet aménagement car elle devrait rembourser la subvention à l'Europe. Nous sommes donc condamnés à réparer, encore réparer ces éclairages de couleur, ces pierres cassées au prix fort pendant plusieurs années au lieu de réaliser un aménagement plus sobre.

Deuxième étape dans l'aménagement des quais.  La majorité actuelle a voulu rénover les rues autour de la cathédrale, qu'on dénomme "quartier cathédral" en même temps que la rénovation de cet édifice prestigieux.  C'est une bonne initiative pour rendre le centre-ville plus convivial.  Mais on en revient à un saucissonnage de la rive gauche : pourquoi le pouvoir communal a-t-il inclus le Quai des Salines dans le quartier cathédral?  Nul ne le sait vraiment.  On nous dit que le bourgmestre voulait relier la cathédrale au pont des Trous, second monument touristique tournaisien.  De nouveau, les écologistes ont dénoncé cet aménagement trop prestigieux,  délaissant le reste des quais.  De plus, on connaîtra les mêmes exigences financières pour réparer les dégradations  puisqu'on est lié par une convention identique avec l'Europe.

A ECOLO, nous pensons depuis des années déjà qu'il faut améliorer la traversée du fleuve en rive gauche et en rive droite (voyez  l'article posté sur ce blog le 16 janvier 2012 ). Nous voulons rendre les quais plus agréables pour les Tournaisiens et les touristes qui s'y promènent.  Pour ce faire, un itinéraire sécurisé en bordure du fleuve conviendrait parfaitement aux cyclistes, aux piétons et aux habitants qui y trouveraient un espace de détente.  Mais un projet bien réfléchi, qui tienne compte de la beauté du lieu et de la sécurité des usagers et prévoirait des espaces de parking pour les riverains  à proximité de leur quartier.

L'aménagement cyclo-piéton, réalisé ces dernières semaines, délimité par une galerie de piquets sur un revêtement asphalté ne répond pas à ces critères!  Non seulement, c'est laid mais, en plus, ce n'est pas pratique.  Les cyclistes ne l'emprunteront certainement pas car il faudra slalommer entre les arbres et les bancs et surtout éviter les piétons qui s'y promèneront. A Tournai, il est urgent de former cyclistes et piétons à la cohabitation! Ils n'y sont pas préparés.

Quant aux riverains, ils n'ont pas été consultés sur ce dossier alors que des réunions citoyennes ont été organisées l'année dernière dans le quartier St Piat.  Le Collège allant à la rencontre des citoyens se devait de présenter son projet aux habitants et de le mettre en débat.  Pire encore, les habitants n'ont même pas reçu une lettre leur annonçant le début de ces travaux en plein milieu du mois de juillet !  Pour couronner ce déni de démocratie, on leur a refusé d'examiner le projet au service d'urbanisme. Là c'est le comble !  Si certains croient que les écologistes, pourtant présents au conseil communal dans l'opposition, étaient au courant du déroulement de ce dossier, ils se trompent!

Nous avions accepté, la mort dans l'âme, l'année dernière,  "un aménagement  minimal", comme le qualifiait le Collège,   au quai des Poissonceaux et au Quai Taille Pierre, pour permettre de prolonger le RAVEL. Mais jamais nous n'avons pensé qu'il nous préparait ce bricolage de première classe. De plus, comment qualifier l'attitude de la ville face aux demandes légitimes des habitants , de participer à la réflexion sur leur quartier!

Nous dénonçons avec force ce projet sur le fond et sur la forme!
Pour nous, les projets dans les quartiers et les villages,  doivent se construire avec les habitants!

jeudi 2 août 2012

Balade en ville pour la rendre accessible ...

Une balade de vacances, pas tout à fait comme les autres, dans les rues de Tournai. En fait, Bernadette a décidé de nous faire vivre ses difficultés quotidiennes pour trouver une place de parking dédiée aux personnes à mobilité réduite.
Un premier constat : ces places  sont de plus en plus souvent occupées par ceux qui n'en ont pas le droit parce qu'ils ont "de bonnes jambes": la presse en a encore fait l'écho récemment.
Mais aujourd'hui, nous voulons simplement recenser les places PMR en ville, en distinguant celles qui ont été bien pensées, celles qu'il convient de déplacer, ou simplement celles qu'il faudrait, de toute urgence, dessiner.
N'étant pas directement confrontée à ce problème, je ne me rendais pas compte de la réalité : il manque de places PMR près des administrations et autres services publics et , dans les rues commerçantes, elles ne sont pas  judicieusement placées! Quelques exemples seront plus convaincants!


Sur le quai des Salines rénové, les places se trouvent côté Escaut : il en faudrait le long du trottoir pour accéder aux commerces de la galerie et de la rue du Cygne (où il n'y en a aucune !). A la rue de Pont, pourtant très commerçante,  pas la moindre place PMR non plus . 


Curieux également : une entrée est suggérée pour les personnes à mobilité réduite à l'arrière du palais de justice mais aucune place de parking n'est prévue  à leur attention aux alentours !




Pas de place PMR auprès des deux bureaux de poste (avenue de Maire et rue St Martin), pas de place réservée près du commissariat de police, pas de place réservée sur l'esplanade de la gare. Dans la cour de l'hôtel de ville, il n'y en a pas près du bureau qui délivre les sacs poubelle, or traverser cette Cour d'honneur est une épreuve pour ceux qui "n'ont pas de bonnes jambes".





Mais où trouve-t-on, alors, ces places en ville?   Faites comme moi, promenez-vous et observez : la plupart se trouvent près d'un service médical (pharmacie, centre de radiographie, mutuelle...) comme si les personnes à mobilité réduite devaient avoir accès aux lieux de soins ....mais pas aux autres services ...une  vision trop restrictive de l'intégration qu'il faut élargir à tout prix !
Nous transmettrons cet état des lieux  au Collège échevinal. Mais il reste incomplet.  Il est indispensable que le conseil consultatif de la personne handicapée se saisisse de la question et interroge les premiers concernés afin de dresser un tableau clair des besoins en ville afin que celle-ci mérite vraiment le titre "ville accessible aux personnes à mobilité réduite"